Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Établissement de monnaie électronique : les demandes de création affluent à la CSPF

Établissement de monnaie électronique : les demandes de création affluent à la CSPF

Les dépôts de dossier pour la demande de création d’établissement de monnaie électronique affluent au niveau de la Commission spéciale sur la pérennisation financière (CSPF), d’après la Banque centrale de Madagascar. Il s’agit d’une bonne nouvelle, a avancé le gouverneur de la Banque centrale, dans le sens où le développement des transactions électroniques réduira considérablement la circulation de la monnaie fiduciaire qui alimente le marché informel.

La sortie de la loi sur la monnaie électronique et de la nouvelle loi sur les transactions électroniques figure parmi les réformes entreprises par la Banque centrale de Madagascar dans le secteur financier. Le décret d’application de ces textes est également sorti récemment, a affirmé vendredi dernier le gouverneur de la Banque centrale, Alain Hervé Rasolofondraibe. «Les réels impacts de cette réforme sont attendus l’an prochain», a-t- il soutenu. En effet, ces décrets d’application portent notamment sur le capital minimum pour la création d’un établissement de monnaie électronique, fixé à 500 millions d’ariary, et les instructions concernant les dossiers à fournir.

Sécurisation des transactions

«Plusieurs dossiers pour la création d’un établissement de monnaie électronique ont été  déposés au niveau de la CSPF maintenant que le secteur est réglementé», a poursuivi Alain Hervé Rasolofondraibe. L’Etat travaille également avec trois opérateurs téléphoniques à Madagascar pour promouvoir la transaction électronique. Car la dématérialisation de la monnaie est une des mesures prises pour la sécurisation des transactions. D’après les chiffres attribués par une banque commerciale présente à Madagascar, la monnaie fiduciaire constitue encore 48% de la masse monétaire à Madagascar. Or, la circulation de la monnaie fiduciaire favorise considérablement le développement des activités informelles.

Par ailleurs, la banque centrale sollicite vivement les établissements de micro finance à basculer vers la transaction électronique dans leurs activités. «Les établissements de micro finance sont très attendus au niveau de la CSPF. Le capital minimum à 500 millions d’ariary a été d’ailleurs fixé pour être très attractif  et permettre aux institutions de micro finance de se lancer dans cette forme de transaction. Cela permettra aussi d’améliorer leur offre, notamment en zone rurale», a fait savoir le gouverneur de la banque centrale.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.