Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Economie bleue : une approche officielle pour Madagascar

Economie bleue : une approche officielle pour Madagascar

Avec un espace maritime deux fois plus vaste que son espace terrestre et où 60% de sa population vivent dans la zone côtière, Madagascar est un Etat maritime qui se doit de tourner vers la mer pour redresser son économie.

C’est officiel. Depuis l’an dernier, on aborde l’économie bleue de manière officielle à travers la mise en place du Secrétariat d’Etat chargé de la mer  (SEMer). En fait, ce dernier est mandaté d’élaborer la «Stratégie Nationale de la mise en place de l’Economie Bleue», pour le pays.

Certes, l’exercice d’activités génératrices de croissance bleue n’est pas nouveau, pourtant la volonté officielle de cadrage et de valorisation est inédite. Ainsi, pour contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable, les questions liées à la gestion et à l’exploitation de la mer ne seront plus négligées. Concrètement, il s’agirait de la promotion et l’optimisation des activités en mer, de l’appareillage du secteur de la biotechnologie marine, ou encore de la création d’emplois bleus.

Etapes franchies et proches perspectives

 Le 9 août dernier, la communication verbale relative à l’approche sur la mise en place de l’économie bleue à Madagascar a été adoptée en Conseil des ministres. Suivie de l’adoption du projet de décret portant création du Cadre national de la mise en place de l’économie bleue à Madagascar, le 19 septembre dernier en conseil de Gouvernement, et le 11 octobre, en Conseil des ministres. Et bientôt, les comités de coordination seront créés. Et à ce sujet, le SEMer soumettra le document stratégique aux acteurs concernés.

En effet, l’économie bleue est l’ensemble des activités menées en mer et sur le littoral, coordonnées de manière à favoriser la croissance économique du pays, tout en veillant à la préservation de l’environnement et au profit de la population locale.

Plusieurs initiatives ont déjà vu le jour à Madagascar, comme la culture de concombre de mer et le développement de l’algoculture villageoise à Toliara, la crevetticulture à Mahajanga et à Nosy Be, la construction du port d’Ehoala à Taolagnaro, l’extension du port de Toamasina, ou encore le développement de l’écotourisme marin.

Recueillis par Haja R.

 

Les commentaires sont fermées.