Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ecole catholique – Décès suspect de peste : la Didec contredit le Men

Ecole catholique – Décès suspect de peste  : la Didec contredit le Men

Enième désaccord entre les médecins et les proches des victimes suspectées de peste. Le cas le plus récent illustrant cette situation est le décès d’un élève d’une école privée sise à Anatihazo Isotry.

Une mauvaise surprise. L’annonce faite par des médecins affirmant que le décès de l’enfant de 11 ans, survenu samedi dernier au Centre hospitalier universitaire mère-enfant Tsaralalana (HUMET), est dû à l’épidémie de peste a été une mauvaise surprise pour la famille de la victime ainsi que les responsables de l’école où il a été scolarisé. Via les réseaux sociaux, le ministère de l’Education nationale (Men), après avoir effectué des recoupements auprès des responsables sanitaires dans la capitale, a communiqué dans la nuit d’avant-hier que cet enfant, élève en classe de 8e au sein de l’école Jean XXIII sis à Anatihazo Isotry, est décédé suite à la peste pulmonaire.

Consulté sur ce sujet, le médecin inspecteur d’Antananarivo ville, le Dr Hanitra Randrianarison, l’a confirmé hier lors d’un entretien téléphonique, en soulignant qu’ «il s’agissait de cas suspect probable dans la mesure où le TDR post-mortem s’est avéré positif». Une version contredite par le numéro un de la Direction diocésaine de l’éducation catholique (Didec) Analamanga, Mgr Ludovic Rabenantoandro, en se basant sur «…Les différentes analyses des faits ainsi que la confirmation du médecin du dispensaire de l’école où il a reçu les premiers soins pour cause d’angine, avant d’être admis à l’hôpital». Même version de la part de la directrice de l’école en question.

Testé négatif deux fois au TDR

En revenant sur les antécédents de cette triste circonstance, les familles de la victime ont réitéré que cet enfant a déjà été testé négatif à la peste lors de deux TDR effectués au sein même de l’hôpital où il a été admis. L’autre test a été mené au service pédiatrie du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB), qui l’a transféré au CHU-METvu qu’il ne s’agit pas de cas de peste.

«Son admission au sein de cet établissement hospitalier pédiatrique a été même conditionnée par ce test négatif dans le but de préserver la vie des autres patients qui y sont hospitalisés», a souligné Olive, un membre de la famille. «Un test qui n’était pas effectué gratuitement, comme a indiqué le ministère de la Santé dans la mesure où pour pouvoir en bénéficier, nous avons déboursé 4.800 ariary», a poursuivi notre source.  «En guise de mesures de prévention, tous les élèves de cet établissement ainsi que les membres du personnel enseignant et administratif prennent des médicaments de chimioprophylaxie, même si nous sommes convaincus qu’il ne s’agit pas de cas de peste», a souligné la directrice de l’école Jean XXIII, Liliane Rasoazanarivelo.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.