Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Boeny : des étudiants risquent de lourdes sanctions

Boeny  : des étudiants risquent de lourdes sanctions

La situation évolue à l’université de Mahajanga. Les cours devront reprendre incessamment mais les présumés fauteurs de troubles passeront d’abord en conseil de discipline, suivant les instructions du ministre de tutelle.

Les travaux d’assainissement de l’université de Mahajanga sont en cours. Le sort de la cinquantaine d’étudiants accusés de saccages et d’incendies de plusieurs blocs, de barrage à l’entrée du campus, de fomentation de grève, de coups et blessures volontaires suivis de pillages à l’endroit des étudiants dans l’enceinte de l’université, sera connu à l’issue du conseil de discipline devant lequel ils seront présentés les 8, 9 et 10 novembre. Des sanctions exemplaires leur seront certainement réservées à l’occasion, en application des instructions données par le ministre de l’Enseignement supérieur et des reherches scientifiques, Monique Rasoazananera, furieuse d’avoir subi publiquement leurs quolibets lors de sa descente sur les lieux. L’intervention du conseil consultatif mis en place, pour résoudre la crise de l’université de Mahajanga, influencera assurément les décisions de ce conseil durant ces journées.

Le bâton avant la carotte

La reprise des cours se fera probablement après la publication des décisions de ce conseil de discipline, pour avoir plus de recul dans la suite des évènements. Le président de l’université de Mahajanga, le  professeur Emmanuel Rakotoarivony, a d’ailleurs annoncé, lors du passage du ministre Monique Rasoazananera à Mahajanga, qu’il n’y aura pas d’année blanche dans son établissement malgré les évènements qui s’y sont passés. Facilités par le déplacement de leurs occupants, les travaux de réfection des bâtiments incendiés et l’enlèvement des détritus qui les ont encombrés sont terminés actuellement à la cité Tsaramandroso et au campus d’Ambondrona pour permettre une nouvelle répartition des logements aux étudiants.

Manou

Les commentaires sont fermées.