Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Comite Olympique Malgache : les hostilités reprennent de plus belle

Comite Olympique Malgache  : les hostilités reprennent de plus belle

Le temps d’une Assemblée générale ordinaire à Toliara, le président du Comité olympique malgache (Com), Siteny Randrianasoliniaiko, est revenu à la charge contre l’équipe dirigeante de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA). Cela, après avoir échoué dans sa première tentative de l’évincer, lors de l’élection du comité exécutif de la fédération, bafouant au passage le fair-play cher à l’olympisme.

Pour lui, sans excuse publique, trois membres de la FMA n’auront plus le droit d’exercer et le Com prendra en main la destinée de ladite fédération. «Peut-être qu’il peut nous évincer du Comité olympique malgache. Mais de là à nous destituer de nos fonctions au sein de la fédération, ce n’est pas de son ressort. Nous sommes sous tutelle du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) et de l’Iaaf », a souligné la présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo.

Le président de la Com se targue d’avoir informé le Comité international olympique (CIO) et la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf) de la situation. Cependant, une autre version fait son chemin. « Comme lui, nous avons alerté la fédération internationale de ses agissements. C’est la raison pour laquelle, l’Iaaf l’a appelé et non l’inverse », a-t-elle poursuivi.

En tout cas, cet acharnement de Siteny Randrianasoloniaiko sur les fédérations qui n’ont pas voté pour lui, lors de l’élection à la présidence du Com, ne date pas d’hier. A force de former une poule de fédérations sportives en sa faveur, il ne fait que créer une grande division au sein de la grande famille olympique malgache.

En attendant

Pendant que le président du Com sort ses griffes contre la fédération parmi les plus prolifiques contrairement à d’autres qui n’existent que par leur nom seulement, à l’instar des quatre nouvellement créées, le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) se mue dans un silence incompréhensible.

La raison, d’après les informations recueillies, est qu’aucune lettre officielle n’a été émise par le Com après cette parade à Toliara lors de l’AGO pour confirmer sa décision.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.