Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : rêver une impossible journée

On aurait pu croire au canular tant l’annonce paraît improbable. Nous, citoyens malgaches, tous autant que nous sommes, allons dans un mouvement solidaire d’ampleur nationale, contribuer au grand nettoyage des villes et des campagnes. Arrêtons-nous le temps de cette chronique sur la vision cauchemardesque de cette impossible journée.

Le nettoyage collectif n’est pas une nouveauté : pour bénéficier du statut de résident dans un fokontany, on est censé donner de son temps et de son énergie à des travaux d’intérêt général. Mais si on préfère préserver l’huile de son précieux coude pour des activités plus nobles, un petit supplément aux droits d’inscription au fokontany est toujours le bienvenu. Ainsi, seuls ceux qui ne peuvent vraiment pas s’acquitter de ce supplément sont condamnés à curer les caniveaux. Le font-ils réellement ? C’est une autre histoire.

Soyons fous et imaginons qu’en citoyens responsables, nous voulions répondre présents le jour J. Il faudrait donc donner leur journée aux gens de maison à qui on a déjà accordé un dimanche après-midi le mois dernier ! Mais alors qui gardera les enfants ? Tout compte fait, on pourrait s’arranger… et envoyer bonnes et gardiens représenter nos foyers. Vous dites ? Ah oui, c’est vrai, ils ont un foyer eux aussi…

Nous irons donc tous avec nos balais, nos pelles et nos brouettes comme les sujets du temps lontan effectuaient la corvée royale, ou comme les bonnes dames en blouse rouge et jupe grise ont débarrassé le lac Anosy des prolifiques jacinthes d’eau (vous vous souvenez ?), ou plus héroïquement comme Hercule a nettoyé les écuries d’Augias pour expier sa très lourde faute.

S’inspirer du dernier modèle est très tentant : en une seule journée, Hercule a réussi l’exploit de débarrasser les étables d’Augias du fumier et de la bouse accumulés pendant plus de trente ans ! Pour cela il a simplement détourné le cours des fleuves Alphée et Pérée.

Hercule est un héros. Pour nous autres simples mortels, il reste le choix entre la corvée du temps lontan et celle de l’aventure révolutionnaire. La vision est cauchemardesque.

Kemba Ranavela

 

Les commentaires sont fermées.