Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Foot – Elections : K2HB sur tous les fronts

Foot – Elections  : K2HB sur tous les fronts

L’association dénommée « Fikambanana te-hanarina ny baolina kitra », plus connue sous l’appellation de K2HB, est sortie de son silence hier lors d’une rencontre avec la presse au Karibotel à Analakely et se dite prête à prendre part à toutes les élections pour le redressement du milieu du ballon rond à Madagascar.

«Nous avons toujours préconisé la mise en place des différentes structures au sein des 22 ligues régionales et on est prêts à tendre la main aux différents acteurs de développement du football malgache à l’occasion des futures élections au niveau des sections, ligues et fédérations. Nous avons déjà mis la main à la pâte depuis 2014 quant à l’instauration des 22 ligues régionales. Et ce, depuis 2014». La déclaration émane du président de l’association Fikambanana te-hanarina ny baolina kitra (K2HB), Jean Ignace Randrianirina alias Ramasy.

Selon ses explications, l’association dispose désormais de représentants auprès de toutes ces ligues régionales et 96% d’entre eux sont des sortants de l’Académie nationale des sports (ANS) et sont les mieux placés pour épauler le comité électoral dans sa mission.

Les têtes pensantes au sein de K2HB ont indiqué qu’elles sont prêtes à prendre part à toutes les élections que ce soit au niveau des sections, ligues ou fédération. «Quoi qu’il en soit, nous allons garder un œil vigilant sur le déroulement des élections. Et ce, au niveau des différentes structures administratives. Nous allons commencer par éradiquer l’existence des sections dites fantômes», a déclaré Jean Ignace Randrianirina.

Ce dernier n’a pas mâché ses mots pour dénoncer la mauvaise gestion au niveau des ligues et des sections et soutient qu’un «remaniement» est de mise pour panser les plaies du football malgache. «Bien des dirigeants actuels doivent laisser leur place à d’autres personnes plus compétentes vu les résultats de leur mode de gestion», a-t-il déploré. L’homme n’a pas non plus omis de critiquer le nouveau code électoral qui, selon lui, privilégie les dirigeants actuels.

Rojo N.

 

Les commentaires sont fermées.