Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Coupures d’électricité : la vétusté des matériels invoquée

Coupures d’électricité : la vétusté des matériels invoquée

Les coupures de courant intempestives pénalisent les usagers, tant petits que gros consommateurs. Selon le ministère, la production est largement suffisante pour satisfaire la demande mais les coupures sont des problèmes d’ordre technique.

Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures l’admet : les coupures sont récurrentes. Mais il s’est encore une fois voulu rassurant en affirmant devant la presse, hier, qu’ «il n’y a plus de délestage depuis le mois de février sur le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). Les coupures sont des problèmes d’ordre technique». Selon ses explications, les appareils et matériels de distribution, dont la plupart sont vétustes, comme les transformateurs, ne supportent pas les surcharges que provoquent souvent les branchements parallèles et illicites. En tout cas, les opérations de ratissage et enquêtes pour identifier les fraudeurs se poursuivent.

Néanmoins, ce responsable ministériel a assuré que la production actuelle suffit largement à satisfaire la demande du RIA, estimée à 230 MW aux heures de pointe. Il a fait savoir que «les centrales thermiques de Mandroseza et d’Ambohimanambola, fonctionnant au fuel lourd (HFO), sont aujourd’hui opérationnelles. Les dégâts de l’incendie du mois d’août ont même été réparés. Ces infrastructures devraient être inaugurées le mois prochain».

L’hydroélectricité garde une place importante dans la production, en particulier pour Antananarivo. Cette année, le climat semble être favorable pour les centrales hydroélectriques comme à celle d’Andekaleka qui, en fonctionnant à plein régime, assure 40% de la production sur le RIA. La situation dans les régions est une autre paire de manches.

Des pertes à combler

Mais la Jirama vend toujours à perte. Les derniers chiffres en date parlent de près de 2.000 milliards d’ariary de perte pour la compagnie, soit l’équivalent de deux années de budget de fonctionnement de l’Etat. Une perte à combler en trois ans, selon le ministre, grâce à des actions qui s’articulent principalement autour de trois axes essentiels : la bonne gouvernance, la réduction des coûts de production grâce à l’optimisation des installations (utilisation du fuel lourd) et le réajustement tarifaire progressif.

Parmi ces actions figure la mise en service d’une première vague de 8.500 compteurs intelligents qui seront installés chez les abonnés enregistrant une consommation mensuelle supérieure à 900 KWh ainsi que pour les foyers sujets à des branchements illicites.

La réforme structurelle au niveau de la Jirama se poursuit en outre. Les procédures de recrutement des hauts responsables, notamment au niveau central, devraient être finalisées cette semaine.

Arh.

 

Une réponse à "Coupures d’électricité : la vétusté des matériels invoquée"

  1. Kantarus  27/10/2017 à 11:31

    Certe il y a moins de délestage, mais comment la JIRAMA explique que je n’ai que entre 140 volts et 170 volts chez moi !!!!!!

Les commentaires sont fermées.