Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Affaire Omavet : manifestation « clandestine » des taximen ce jour

Affaire Omavet  : manifestation « clandestine »  des taximen ce jour

Comme convenu, les taximen dans la capitale, membres de l’association Ftar, entreront de nouveau en grève ce jour. Une manifestation qui n’a pas reçu l’aval de la Préfecture de police d’Antananarivo dans la mesure où aucune demande d’autorisation y afférente n’a été déposée par les manifestants.

Retour à la case départ. Le second ultimatum lancé par les membres du Ftar à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) de revenir sur sa décision relative à l’affaire Omavet n’a pas porté ses fruits. Ce qui amène ces derniers à retourner sur le champ de bataille, en organisant ce jour une grande manifestation similaire à celle qu’ils ont tenue le mois dernier. «A la suite d’un grand rassemblement à Ankorondrano, nous allons effectuer une descente dans les rues dont l’itinéraire reste à déterminer», a informé hier la présidente de l’association, Clémence Raharinirina, lors d’une conversation téléphonique.

Une manifestation qualifiée de «clandestine» au niveau de la Préfecture de police d’Antananarivo, étant donné  qu’aucun avis ni de demande d’autorisation s’y rapportant ne lui ont été adressé. Un fait que le numéro un du Ftar n’a pas nié. «Nous n’avons pas jugé nécessaire de demander une autorisation vu que nous n’allons pas mener une manifestation politique qui pourrait nuire à l’ordre publique ou à la circulation, mais un simple mouvement qui consiste à défendre l’intérêt supérieur de notre métier», a-t-elle fait valoir.

Une manifestation qui ne fait pas l’unanimité

Quoi qu’il en soit, cette manifestation n’aura évidemment pas la même envergure que celle observée par les taximen en septembre dans la mesure où une centaine de membres du Ftar ne comptent pas y adhérer, notamment ceux qui ont décidé de laisser la place au dialogue avec la CUA. Grâce à cette démarche qui leur a permis de constater de visu les offres de services de l’Omavet, un terrain d’entente avec la municipalité semble trouvée. En guise d’illustration, les taximen intéressés pourront bénéficier d’un essai gratuit de contre-visite à l’Omavet jusqu’en décembre, selon la déclaration du conseiller spécial de la CUA, Marc Ravalomanana.

A l’issue d’une rencontre entre les deux parties qui s’est tenue hier à l’Hôtel de ville à Analakely, la mise en place d’une nouvelle «Association» qui va se charger de défendre les intérêts des taximen est en gestation. Une décision qui ne manquera certainement pas d’essuyer des critiques de la part des membres du bureau du Ftar qui ont précisé que «Cette association n’a pas le droit de prendre des décisions  au nom de l’ensemble des taximen, réunis au sein du Ftar, qui sont contre l’Omavet. L’affaire pourrait aller jusqu’à des poursuites judiciaires au cas où se présenteraient des actes d’usurpation de la part de cette association qui ne réunit même pas les 5% des taximen», a averti Clémence Raharinirina.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.