Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Secteur énergétique : l’expertise française mise à profit de la Grande île

Secteur énergétique : l’expertise française mise à profit de la Grande île

Les professionnels français, œuvrant dans le domaine de l’énergie, veulent mettre à profit leur expertise pour Madagascar. Un séminaire se tiendra, les 9 et 10 novembre, pour présenter le savoir-faire français en la matière.

Le service économique de l’ambassade de France à Madagascar et la Chambre de Commerce et d’industrie France Madagascar (CCIFM) organisent un séminaire intitulé «Les solutions de l’expertise française aux problèmes énergétiques à Madagascar» qui se déroulera, les 9 et 10 novembre, à l’hôtel Ibis Antananarivo, comme cela a été annoncé à la presse, hier, dans les locaux de la CCIFM à Ankorondrano.

Ce séminaire est destiné à présenter le savoir-faire français dans le domaine de l’énergie électrique renouvelable (hydroélectricité, photovoltaïque, éolien, bioénergie), à travers toutes ses déclinaisons. Cette rencontre vise en outre à sensibiliser la partie malgache (ministère en charge de l’Energie, Jirama, Ader…) et les opérateurs privés producteurs de l’énergie électrique de l’existence d’une offre française complète dans le secteur, capable de répondre à la totalité des besoins de Madagascar.

L’insuffisance des capacités installées de production électrique, qui sont à l’origine de délestages que connaissent les principales villes malgaches, obère considérablement le développement économique de Madagascar. Eric Noïtakis, conseiller économique au sein de l’ambassade de France à Madagascar a fait savoir à ce sujet que «les solutions que nous essayons de promouvoir sont, pour l’essentiel, basées sur les énergies renouvelables. D’abord, parce que Madagascar dispose d’un potentiel de mobilisation de ressources permettant de générer l’électricité de manière continue, à commencer par l’hydroélectricité et en continuant par le solaire, la biomasse, etc. Ce que nous préconisons, c’est l’utilisation des ressources malgaches parce qu’actuellement, quand vous utilisez du diesel ou du fuel lourd, ce sont des produits qui sont importés,  cela impacte sur la balance commerciale malgache alors qu’en utilisant les ressources propres, vous pourriez réduire le déficit de cette balance commerciale».

Investir davantage

Une trentaine d’entreprises françaises feront le déplacement pour cette occasion et une cinquantaine d’entreprises malgaches sont prévues y participer. Des présentations par les institutions financières internationales (Banque mondiale, SFI, Bad, AFD et UE…) des financements mis à disposition de Madagascar pour la réalisation de projets énergétiques figurent également au programme de ce séminaire. Il y aura aussi des entreprises qui seront capables de proposer des solutions en matière de réduction des coûts de production,  d’indentification des mauvais payeurs, de facilitation des encaissements, d’identification des branchements illicites, etc.

«Pour que le pays puisse entrer dans une dynamique de transition énergétique, il faut augmenter la capacité de production en investissant dans des centrales hydroélectriques, solaire ou de biomasse. Après, il faudra investir dans l’amélioration et l’accroissement des réseaux de transport et de distribution», conclut ainsi Eric Noïtakis.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.