Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Examen de projets de loi : «Les grands projets à prioriser», selon les députés

Examen de projets de loi : «Les grands projets à prioriser», selon les députés

La conférence des présidents se tiendra ce jour après la réunion du bureau permanent à Tsimbazaza. Mais apparemment, en ce début de semaine, les projets qui devraient attirer toute l’attention des citoyens n’ont pas encore été acheminés à Tsimbazaza.

Calme plat au sein de l’Assemblée nationale. Le chronogramme des débats qui devraient retenir l’attention du public, à part le face-à-face entre le gouvernement et les députés, n’est pas encore établi.

Il faut savoir que durant cette deuxième session, l’examen du projet de Loi de Finances initiale (LFI), tout comme le code électoral ou encore le projet de loi sur la révision de la Constitution seront au centre du débat.

Pour ce qui est du projet de loi sur la révision de la Constitution, la concertation destinée à la société civile, aux politiciens et aux associations ne sera organisée que vendredi prochain au Carlton, sauf changement de dernière minute. Un débat qui sera axé sur l’utilité ou non de cette révision et du recueil des suggestions si la révision est indispensable, selon les explications.

Pour ce qui est du code électoral, l’on attend toujours les propositions du fameux comité interministériel qui devra publier jeudi prochain les résultats de ses travaux.

La LFI attendra, quant à elle, comme d’habitude la dernière minute pour être examinée à la hâte par les députés.

Dans leurs revendications, les députés ont réclamé que ces trois projets leur soient soumis à l’avance pour qu’ils puissent les étudier minutieusement et apporter les amendements y afférents le cas échéant.

«Ils doivent être priorisés car ces projets de lois sont vitaux pour la Nation. Nous voudrions avoir plus de temps pour les examiner, surtout en ce qui concerne le projet de loi sur la révision de la Constitution», selon les députés.

Une impasse

Concernant ledit projet, le gouvernement pourrait se trouver dans l’impasse. En effet, la majorité des députés ont déjà manifesté leur opposition. Les députés ne sont pas favorables à un référendum constitutionnel et optent plutôt pour la tenue d’une élection présidentielle comme le prévoit le chronogramme élaboré par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Pour les députés, la révision de l’article 47 évoquée par le président de la République n’est qu’un faux problème.

«Cette  constitution a été votée en 2010, et tous les candidats qui veulent se porter candidat sont bel et bien conscients des dispositions de cet article. Le chef de l’Etat n’est nullement concerné. Dès lors, il est inutile de réviser la Constitution pour cette raison. Le principe d’égalité de tous les candidats et le respect des dispositions relatives à la prérogative de puissance publique devront primer lors des élections » a souligné la vice-présidente au sein de l’assemblée nationale, Me Hanitra Razafimanantsoa.

Elle de poursuivre que «Nous devrions nous focaliser sur l’élection présidentielle de 2018. Si le président pense que cette durée est trop courte, il aurait dû proposer cette révision bien avant. D’autant plus que la question budgétaire pour organiser le référendum reste à élucider».

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.