Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Débat autour de la Constitution : «Une diversion» d’après le DFP

Débat autour de la Constitution : «Une diversion» d’après le DFP

Alors que le régime annonce un débat public sur l’éventualité d’une retouche de la Loi fondamentale, l’opposition se montre sceptique. Le DFP fait partie de ceux qui doutent de cette initiative.

«Il n’y aura pas de changement de constitution. Tous les débats autour de ce sujet n’est qu’acte de diversion initié par le gouvernement». Cette déclaration est du porte-parole du mouvement «Dinika hoan’ny Fanavotam-pirenena», Maharavo Ratolojanahary, alias Doudou, lors d’ une conversation téléphonique, hier. Le mouvement affiche son pessimisme par rapport à cette initiative par le fait que les partenaires techniques et financiers du pays sont aussi réticents. «Il faut d’ailleurs signaler que la Communauté internationale ne s’en tient qu’à la présidentielle», a ajouté notre interlocuteur.

A ce titre, lors de son déplacement au pays récemment, l’expert de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le général Siaka Sangaré ne s’est prononcé que sur la présidentielle et les législatives. Les observateurs estiment par ailleurs qu’il faudrait une enveloppe d’environ 40 milliards d’ariary pour organiser un référendum constitutionnel alors que, pendant ce temps, l’Etat peine à satisfaire les diverses revendications syndicales.

Se maintenir au pouvoir

Le mouvement DFP estime, à l’instar de tous les opposants, que cette initiative résulte de la volonté du régime de se maintenir au pouvoir et ce, par tous les moyens. «La nomination du président national du parti présidentiel (HVM) au Sénat s’inscrit dans cette optique. C’est très clair», a souligné Maharavo Ratolojanahary. Et lui d’ajouter, «D’ailleurs, s’il y a référendum, le régime ne sortira pas gagnant sauf peut-être s’il y a fraude électorale».

Pour en revenir au débat public que le régime entend initier dans les jours à venir, le DFP ne ferme pas totalement la porte aux discussions. Le chef du gouvernement avait annoncé dernièrement qu’un débat public serait organisé le 27 octobre prochain au Carlton. A en croire Olivier Mahafaly Solonandrasana, celui-ci sera ouvert aux partis politiques, aux organisations de la société civile et aux médias pour discuter ensemble de ce projet de révision et de référendum constitutionnels. «Nous allons participer au débat public annoncé par le premier ministre si nous sommes invités. Comme nous l’avons toujours indiqué, nous sommes ouverts au dialogue».

Lors de la conversation téléphonique d’hier, le porte-parole du DFP a aussi soutenu que le mouvement a choisi de se taire, ces temps-ci, pour rendre hommage à l’ancien président Albert Zafy. «Nous avons choisi de rester en retrait car le débat coïncide avec la disparition du Père de la démocratie. Nous avons donc respecté le deuil national par respect à l’ancien chef de l’Etat Albert Zafy», a-t-il déclaré.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.