Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mariage traditionnel : le folklore se perpétue encore

Mariage traditionnel  : le folklore se perpétue encore

Malgré l’influence envahissante des cultures occidentales, certains Malgaches optent encore actuellement  pour un mariage traditionnel. A Madagascar, chaque région a ses propres us et coutumes mais l’objectif reste le même : s’unir aux yeux des habitants du village en demandant la bénédiction des sages. Sylla et Sylvie, habitant dans la zone rurale de Mahitsy, ont décidé d’honorer leurs familles en se mariant dans leur village natal.

Le banquet se tient dans la cour du village

Comme pour tous les mariages, les préparatifs exigent beaucoup de travail. Si dans les grandes villes, le couple cherche en premier la salle idéale pour le festin, à la campagne, le banquet se déroule dans la cour de la maison du marié, laquelle sera clôturée et décorée pour la circonstance. Et dans cet endroit, le marié doit ainsi fournir tables et chaises (exit la location) pour les centaines d’invités. La mise en place se fait donc une journée avant le mariage. Et pour que les organisateurs puissent veiller en continuant à exercer ces multiples tâches, le marié doit animer et assurer durant toute la nuit.

Tous les villageois invités

Dans un mariage moderne, le couple convie les familles et quelques amis proches. Généralement, quelque 200 personnes y sont au moins invitées. Par contre, dans un mariage à la campagne, le couple doit inviter tous les villageois. Pour le cas de Sylla et Sylvie, les convives étaient plus de 500. Le menu restait donc simple, du «vary be menaka» ou «le riz arrosé d’huile». Durant les deux jours de festivités – le premier pour la préparation et l’autre pour la cérémonie – le marié doit ainsi assurer la nourriture. «Pour ces deux jours, j’ai dû abattre deux gros cochons, un bœuf, et plus de 250 kg de riz rouge typiquement malgache. La cuisson de ces aliments ne doit pas prendre trop de temps pour qu’ils restent fermes et durs. L’objectif est que l’appétit perdure des heures», a fait savoir le marié.

Une dot venant de la famille de la jeune femme

Le grand jour débute tôt le matin. Les villageois arrivent petit à petit pour être servis au mariage. En parallèle, la famille de Sylvie, la jeune mariée, sort aussi sa dot dans la cour. Elle doit être visible par tous les invités. Les cadeaux sont composés d’un grand lit, d’une armoire, de divers ustensiles de cuisine, d’un salon complet… C’est en quelque sorte le «prix de la fiancée». «Sylvie n’est peut-être pas une belle fille, elle ne fait peut-être pas partie des meilleures. Mais à nos yeux, elle a beaucoup de valeur», a lancé un membre de sa famille dans son kabary avant l’offrande de la dot.

Une journée inoubliable pour la jeune mariée

Comme dans tous les mariages, cette journée devrait être idéale pour la jeune mariée. «Normalement, je n’aime pas me maquiller, mais pour ce grand jour, je le ferai et je mettrai des chaussures à talons. Une grande première pour moi», a affirmé Sylvie. Ainsi, un groupe de femmes venant de la famille du jeune homme se déplace pour assurer la mise en beauté et toutes les petites préparations qui en découlent. Elles apportent la robe de la mariée et tous les accessoires.

Une joute oratoire pour récupérer la jeune mariée

En parallèle, d’autres membres de la famille de Sylla attendent dans la cour. Accompagnés d’un orateur ou mpikabary, ils doivent affronter l’autre mpikabary. Ainsi, le duel est lancé. Durant cette étape, l’orateur du jeune homme doit être armé des meilleurs arguments et faire preuve de créativité verbale pour éluder toutes les pièges et répondre intelligemment à toutes les propositions de l’autre mpikabary. «Il arrive parfois qu’un mariage est annulé parce que l’orateur du marié a perdu, ne trouvant plus les mots pour récupérer la jeune femme. C’est comme au marché», a annoncé un villageois.

La cérémonie se tient jusqu’à l’aube

Les villageois commencent à venir à l’église avec le jeune homme. Après la cérémonie religieuse, tout le monde assiste de nouveau au banquet de «vary be menaka». Les invités d’honneur prennent place en premier. La fête durera jusqu’à l’aube, souvent, elle est animée par un groupe de fanfare, parfois un DJ assure l’animation. Si les invités sont recouverts de poussière, à force de danser dans la cour, et si l’alcool tient jusqu’à l’aube, les villageois annonceront la réussite du mariage.

Page réalisée par Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.