Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mamy Andrianarivony : « Aider le pays et son peuple à se relever »

Mamy Andrianarivony : « Aider le pays et son peuple à se relever »

Mamy Andrianarivony vit en France depuis plus de trente ans et fait partie des membres de la diaspora malgache très active pour tout ce qui touche sa patrie. Il plaide pour un Forum de la diaspora menant à des actions justes et efficaces.

Les Nouvelles : Quel regard portez-vous sur votre pays depuis votre départ ?

Mamy Andrianarivony : A ce jour, j’ai passé plus de la moitié de ma vie en France : c’est un choix. Mais je me suis toujours intéressé à la vie économique, sociale et politique de Madagascar. Malheureusement, je vois un pays en difficulté, de plus en plus pauvre et un peuple résigné qui ne croit plus en ses dirigeants.

J’ai l’impression que l’Etre Malgache a perdu son «âme» (very fanahy mbola velona). Vous voyez, j’ai entendu quelqu’un dire que Madagascar est maudit, il n’a sans doute pas tort. Il a même utilisé le mot «Maudigascar» à une certaine époque.

On parle souvent d’amour de la patrie ou «Fitiavan-tanindrazana». En votre qualité de diaspora, comment se concrétise cette ambition surtout pour les natifs de Madagascar résidant à l’extérieur ?

En ce qui me concerne, l’amour de la patrie, c’est le respect de la nation et du peuple. C’est aussi la préservation de la culture et la pratique de la langue. Cette manifestation d’amour devrait se concrétiser par des actes, comme dans toute histoire d’amour !

Pour ma part, j’essaie de faire de mon mieux, continuer de vivre pleinement ma vie en France, sans jamais oublier mon pays d’origine.

Selon vous, pourquoi la diaspora devrait-elle s’impliquer davantage dans le développement de son pays d’origine ?

Je pense qu’il n’y a pas de grand discours à faire. Aimer son pays d’origine, c’est aussi aimer les gens qui y vivent, le peuple malgache.

Mais il y a plusieurs mais : tout sentiment de culpabilité, de devoir à accomplir (retour d’ascenseur) me gène. Ce n’est bon pour personne. Et enfin, à ne pas oublier, tout cela nécessite des moyens et du temps.

Un Forum de la diaspora se tiendra du 26 au 28 octobre prochain à Antananarivo. Que pensez-vous de cette initiative ?

C’est une première, je ne peux qu’applaudir. J’espère que cette rencontre favorisera les échanges entre les locaux et la diaspora. Avoir un point de vue commun, coopérer, pour trouver les actions justes et efficaces à mener pour aider Madagascar et son peuple à se relever.

Propos recueillis par Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.