Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Industries : Tiko AAA mis face au respect des lois

Industries  : Tiko AAA mis face au respect  des lois

L’affaire Tiko AAA à Andranomanelatra a été abordée lors d’une rencontre entre les membres du secteur privé et le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, hier. L’accent a été mis sur le respect des lois en vigueur.

La récente fermeture de l’usine de Tiko AAA à Andranomanelatra a fait l’objet d’une discussion entre les membres du Syndicat des industries à Madagascar (Sim) et le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Armand Tazafy, hier.  Fredy Rajaonera, président du Sim, s’est exprimé à cette occasion en  précisant que «le premier rôle du Sim est de soutenir les industries à Madagascar. Nous avons ainsi répondu à l’appel du ministère de l’Industrie pour discuter de la situation actuelle de la société Tiko AAA.  Nous soutenons également le respect des réglementations en vigueur dans toutes les activités des industries». Appel a ainsi été lancé à la société Tiko AAA pour que celle-ci régularise sa situation. Le ministre de l’Industrie a poursuivi dans ce sens que «la société Tiko AAA a été prévenue des irrégularités qu’elle doit normaliser avant sa réouverture. L’Etat attend ainsi de régler sa situation».

La législation environnementale non respectée

Les installations de Tiko AAA à Andranomanelatra ont été scellées, le 12 octobre, suivant l’arrêté  interministériel n°24392/2017 du 4 octobre 2017. Le ministre Armand Tazafy a également annoncé une semaine auparavant sur la prise des mesures  nécessaires à l’encontre des  industries ne respectant pas les règlements en vigueur, en se conformant à la législation environnementale. Celui-ci a d’ailleurs abordé le cas de la société Tiko AAA à cette occasion.

Car le motif officiel de la fermeture de l’usine de Tiko AAA porte effectivement sur la non-réalisation des études d’impact environnemental. A ce sujet, près de 60% des industries présentes au niveau national n’ont pas procédé à une telle étude avant de démarrer leurs activités, selon les chiffres de l’Office national pour l’environnement (ONE). A part cela, la société Tiko AAA  doit également régulariser ses arriérés auprès de la Jirama. Le total des créances de la société auprès de la compagnie d’eau et d’électricité s’élève à plus de 5 milliards d’ariary.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.