Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Escroquerie à grande échelle : la police économique démantèle un réseau

Escroquerie à grande échelle : la police économique démantèle un réseau

Fin de carrière pour une bande composée d’individus bien organisés, a été démantelée. Ses membres ont trempé dans des affaires d’escroquerie immobilière…

Cinq personnes soupçonnées d’être impliquées dans une affaire d’escroquerie en prestations de vente immobilière, ont été interpellées par la police économique le 16 octobre à Ankorondrano. Parmi eux figurent trois femmes et deux hommes (dont un âgé de 69 ans) sur lesquels les limiers ont retrouvés des faux documents à savoir plusieurs cartes d’identité nationale (CIN), un chèque volant au nom d’une fausse CIN.

L’enquête a démarré après une plainte déposée par une victime auprès de la police le 14 octobre. Celle-ci avait l’intention d’acheter un terrain de 3,85 ares situé à Ivandry mis en vente par la bande à 70 millions d’ariary. Mais en décelant des anomalies au niveau des documents du terrain dont il a déjà payé 2,2 millions d’ariary, il a décidé d’alerter les autorités. L’acheteur et la police ont tendu un piège aux suspects en leur donnant rendez-vous le 16 octobre, en leur faisant miroiter le paiement de la totalité de l’argent. Le jour venu, l’arrestation des 5 suspectés d’escroquerie  n’était plus qu’une formalité.

C’est après enquête que la police a découvert que trois des individus arrêtés ont été déjà emprisonnés pour escroquerie. Quant au  soixantenaire, il a affirmé que le chèque volant retrouvé dans ses affaires était destiné à des achats en supermarchés. Selon les explications de la police économique, trois plaintes différentes ont déjà été déposées à l’encontre de ce réseau d’escroquerie.

Des spécialistes

A propos du mode opératoire, en fait, ils identifient des terrains non utilisés par leur propriétaire. C’est après qu’ils se renseignent  auprès du Service des domaines les informations sur ces terrains. C’est avec des fausses CIN des propriétaires qu’ils ont confectionnées que les escrocs obtiennent les documents des situations juridiques des terrains en question, qu’ils mettent en vente dans les journaux, une fois tout cela établi.

Ando Tsiresy

 

Les commentaires sont fermées.