Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Affaire Omavet : la CUA et les taximen repartent fâchés

Affaire Omavet : la CUA  et les taximen repartent fâchés

La Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a du mal à appliquer les réformes touchant le secteur des transports en commun, adoptées récemment et ayant pour objectif d’améliorer la qualité des services et la sécurité des usagers.

Infructueuse. La rencontre entre la CUA et l’association des taximen ou Fikambanan’ny Taxi Antananarivo Renivohitra (Ftar), qui s’est tenue hier à l’hôtel de Ville à Analakely, n’a abouti à rien de concret qui puisse résoudre le litige opposant les deux parties dans l’affaire Omavet. Après quelques heures de concertations qui se sont déroulées à huis-clos, les responsables des deux parties n’ont pu se mettre au même diapason.

La décision de la présidente du Ftar, Clémence Raharinirina et son staff, de quitter la salle de réunion alors que les discussions étaient encore en cours, en dit long sur l’aboutissement de cette rencontre. Cette dernière a réitéré que « La position du Ftar par rapport à la décision de la municipalité de confier les contre-visites des véhicules de transport en commun entre les mains de la société Omavet, reste inchangée. Une décision qui est approuvée par la majorité des membres de l’association selon le sondage effectué à l’issue de cette  réunion. Seuls 3 taximen sur 20 comptent encore peser le pour et le contre de cette décision de la CUA avant d’annoncer leur position », a-t-elle fait valoir.

Commission

Malgré tout, il semblerait que certains taximen soient restés attentifs à certaines propositions avancées par les responsables de la municipalité, en l’occurrence celles relatives à la mise en place d’une Commission bipartite, dont les membres seraient composés de représentants de la CUA et des chauffeurs de taxi, élus par leurs pairs. Celle-ci se chargerait d’étudier la faisabilité d’un terrain d’entente entre les deux parties, en épluchant les différentes clauses de cette décision de la mairie, afin d’en étudier les avantages et les inconvénients pour enfin chercher ensemble la solution adéquate.

«Sans attendre, ladite Commission effectuera samedi prochain une visite auprès de l’ Omavet pour constater de visu les avantages que peuvent générer les offres de service au sein de cette société en faveur des transporteurs et surtout des usagers », a fait valoir le numéro un de la CUA. Cela, avant de prendre une décision finale, une fois les travaux de cette Commission achevés. Une alternative refusée catégoriquement par la présidente du Ftar, qui a déclaré le maintien de l’ultimatum de deux semaines à la CUA, lancé depuis jeudi, pour que celle-ci revienne sur sa décision. La tenue d’une grève générale n’est pas à écarter , a-t-elle prévenu.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.