Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Anosy : les droits des enfants occultés à Betroka

Anosy : les droits des enfants occultés  à Betroka

Le respect des droits de l’enfant sera dorénavant renforcé dans le district de Betroka. Une formation financée par l’Unicef a été dispensée à cet effet aux membres du réseau de protection des enfants dans la circonscription, le week-end dernier.

Des violations flagrantes des droits des enfants sont perpétrées impunément dans le district de Betroka. Les responsables du réseau sur la protection des droits des enfants ont ainsi dénoncé différents types d’abus exercés sur des mineurs, tels que l’exploitation des enfants sous toutes ses formes, les mariages précoces, les viols commis sur des mineures, la malnutrition des enfants due à la pauvreté etc.

Des témoignages affirment par ailleurs l’existence de plusieurs facteurs favorisant cette culture de l’impunité, dont les liens de parenté entre les auteurs et les victimes, la différence de classes sociales, les abus de pouvoir ainsi que la crainte des représailles, en plus de la méconnaissance des droits. La réduction de ce phénomène social nécessite une collaboration multipartite entre des responsables étatiques, associations et population, selon les membres du réseau qui envisagent une vaste campagne de sensibilisations et d’informations sur les droits des enfants prochainement, suite à cette formation.

Les enfants en gibier.

Cette recrudescence de la violation des droits des enfants est en relation avec l’avènement de l’insécurité créant un climat de terreur dans le district, d’après la population qui préfère se concentrer sur la gestion de son quotidien au lieu de se forger des problèmes judiciaires. La majorité se résigne d’ailleurs à se soumettre à la loi du plus fort qui jouit souvent d’une invincibilité à toute épreuve dans les batailles juridiques par des moyens nexplicables.

La situation empire avec l’omniprésence des dahalo qui ont droit de vie ou de mort sur les familles dans plusieurs localités, d’après des témoignages. Des enfants servent à assouvir les vils besoins des bandits pour sauver la vie de la famille dans la plupart des cas, se plaignent des victimes qui n’osent pas porter l’affaire devant la justice afin de préserver leur entente avec ces hors-la-loi non maîtrisés.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.