Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tsiroanomandidy : un couple brûlé vif à Bemahatazana

Tsiroanomandidy  : un couple brûlé vif à Bemahatazana

Vols de zébus, attaques à main armée, attaques sur les routes, les habitants de Bemahatazana Tsiroanomandidy ne sont pas à l’abri de l’insécurité.

Un couple a péri dans sa maison incendiée par des dahalo dans la Commune de Bemahatazana, dimanche dernier. Selon les explications, les deux époux auraient riposté puis se sont enfermés à l’étage lors de l’attaque. Dépités, les bandits ont mis le feu au rez-de-chaussée de la maison à l’aide de pailles qu’ils ont ramassées de la toiture des autres maisons. Les corps des victimes ont été retrouvés calcinés. Les malfaiteurs sont ensuite partis avec quelques zébus.

Les habitants de cette localité ne savent plus à quel saint se vouer. Pas plus tard que dans la soirée de mardi, des individus armés ont attaqué un village de Bemahatazana. Les bandits ont tiré dans tous les sens, provoquant la mort d’une femme enceinte qui s’était enfuie  avec les autres villageois.

Ces derniers jours, une centaine d’individus armés ont menacé d’assaillir la ville de Bemahatazana. A l’évocation de ces faits,  Mbolatiana Ramaroson, maire de la commune de Bemahatazana, veut attirer l’attention des autorités sur l’insécurité qui règne actuellement dans cette commune.

Malgré la prise de mesures de la part des forces de l’ordre après les attaques qui ont eu lieu dernièrement à Bemahatazana, les dahalo continuent à semer la terreur dans le chef-lieu de la Commune et dans les villages avoisinants.  Beaucoup d’habitants ont quitté leur village pour se réfugier dans la ville de Bemahatazana à cause de l’insécurité. En tant qu’homme élu, il a rapporté les desiderata de la population, plus que jamais excédée  par la situation. «Moi-même j’ai déjà fait l’objet d’attaques. La première fois, c’était lors du braquage du bureau de Cecam où les voleurs m’ont harcelé. Puis une autre fois, les bandits ont attaqué le véhicule à bord duquel je me trouvais. Ils ont ouvert le feu. Le projectile a blessé le militaire qui m’accompagnait», a-t-il informé.

«Les précédentes opérations militaires n’étaient pas vraiment efficaces. En effet, après le départ des éléments pacificateur, les dahalo déclenchent des représailles» a-t-il conclu.

Le maire lance donc un appel à l’aide au président de la République et aux forces de l’ordre.

Ando Tsiresy

Les commentaires sont fermées.