Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Kidnapping à Isoraka : toujours aucune nouvelle de l’otage

Cinq jours se sont écoulés après l’enlèvement d’un jeune opérateur économique karana à Isoraka. Selon des sources concordantes, l’otage est toujours entre les mains de ses ravisseurs.

Le calvaire se poursuit aussi bien pour la famille que pour l’otage lui-même. Le jeune Indien enlevé dans la soirée du 27 septembre à Isoraka est resté sans nouvelle, du moins jusqu’à la fin de la soirée d’hier. Les ravisseurs se seraient déjà manifestés mais dans le souci de préserver la sécurité de l’otage, les proches de ce dernier se murent dans le silence. De son côté, la police précise que jusqu’ici, aucune plainte relative à cet enlèvement n’a été déposée par la famille.

Pour rappel, le jeune opérateur économique, propriétaire d’un magasin de produits cosmétiques sis à Tsaralalàna, a été kidnappé sous les yeux de sa mère, aux environs de 19 heures. Pris de court et sous la menace d’une arme, il a dû se résigner à suivre les bandits. Depuis, il n’a donné aucun signe de vie.

A fuir comme la peste

Ce rapt est survenu au moment où l’épidémie de la peste a pris une proportion alarmante. Complètement déboussolées, les autorités ont la peine du monde à trouver une solution à ce fléau. La situation est loin d’être maîtrisée si bien que la panique s’installe presque dans l’ensemble du pays et la population est terrifiée. La mort du coach d’une équipe seychelloise de basket est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Entre-temps, l’insécurité gagne du terrain. Outre le ressortissant indien kidnappé à Isoraka, un ressortissant nigérian, propriétaire d’un magasin de pièces détachées sis à Antohomadinika, s’est fait agresser et dépouiller en fin de semaine.

Qu’on le veuille ou non, ces évènements vont assurément ternir l’image du pays et sans une prise de mesures radicales, Madagascar deviendra une destination à éviter sachant que la sécurité des investissements n’est plus assurée et l’intégrité physique des investisseurs et des touristes est compromise.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.