Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : nouvelles de Ste-Marie de Madagascar (2)

(Suite et fin.)

Il ne suffira pas de lire ou de dire cela aux Malgaches, il faudra surveiller l’exécution du travail, car autrement la bonne méthode ne sera pas suivie. Il y aura lieu aussi de faire comprendre aux indigènes, par des kabary, qu’il s’agit de faire donner à leurs plantations le maximum de rendement, ce qui leur permettra de vivre avec plus d’aisance dans leurs foyers.

De Madagascar, allons en Océanie.

Les planteurs de vanille vous en sauront gré et reconnaissance.

« La cueillette, le transport, le commerce et la préparation de la vanille verte, récoltée avant maturité, sont interdits dans toute l’étendue de l’Archipel des Îles-sous-

le-vent.

« L’arrêté qui édicte cette prohibition réglemente minutieusement les expéditions d’exploitation de la vanille sous une étroite surveillance et constitue une codification de toutes les mesures édictées antérieurement sur cette question. »

Nous prions M. Carle de faire venir quelques exemplaires de cet arrêté, et les colons de Ste-Marie, de concert avec l’Administration locale, prendront, après examen, ce qui doit être applicable dans notre Colonie.

Correspondant.

Épilogue du drame de Moramanga

Nos lecteurs n’ont pas oublié un drame de la folie qui s’est déroulé il y a quelque temps sur un chantier de graphite aux environs de Moramanga.

Il vient d’avoir son épilogue à la Cour criminelle de Tananarive.

Rigaux, le contre-maître, a été condamné à huit ans de travaux forcés ; Botavaho, à sept ans ; Rasoahavaza et Rakotovao à cinq ans.

On se souvient que les condamnés avaient fait rôtir vivants deux indigènes, dont l’un est mort.

Le Tamatave

Mort au champ d’honneur

Soifranc (Richeville), adjudant-chef au 5e bataillon de tirailleurs malgaches. – Décédé le 14 juin 1917 à Zeintenlick (Grèce) de maladie contractée en service.

  1. Soifranc était, avant son départ au front, en garnison au 2e malgaches à Tamatave.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.