Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Des magistrats et greffiers insatisfaits : grève illimitée à partir de mercredi

Des magistrats et greffiers insatisfaits  : grève illimitée à partir de mercredi

A l’issue de leur Assemblée générale à Anosy hier, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) et le Syndicat des greffiers de Madagascar (SGM) vont entamer une grève générale illimitée à partir de mercredi.

Une décision ferme. «  A partir de mercredi, nous allons entamer une grève illimitée ». Une information annoncée devant la presse par la présidente du SMM  Fanirisoa Ernaivo et entérinée par le président du SGM Haja Andriambololona.

A entendre leur déclaration, aucune de leurs revendications n’a été solutionnée, malgré les rencontres avec les autorités étatiques. « Ce n’était que simple promesse sans suite. D’ailleurs, nous n’avons plus été reçus par la ministre de la Justice après la première rencontre. Qu’on arrête de nous berner en nous annonçant à chaque fois que les solutions sont en bonne voie », se sont relayés à expliquer les deux leaders syndicaux.

Cette grève sera généralisée et concernera toutes les circonscriptions judiciaires. « Et qu’on n’essaie pas d’entraver notre action car c’est notre droit absolu de faire une grève. Nous prévenons déjà ceux qui auront l’intention de nous persécuter ou nous faire des représailles. Il n’y aura aucun service minimum », ont précisé Fanirisoa Ernaivo et Haja Andriambololona.

A partir de mercredi donc, l’appareil judiciaire risque fort d’être paralysé. « Nous n’en serons pas à ce stade si on a daigné nous écouter », ont  déclaré les membres du syndicat.

Le SMM et le SGM pointent du doigt l’inaction du ministre de la Justice et accablent en même temps le président de la République. D’après eux, les réponses du ministre de tutelle sont floues et imprécises. « Elle aurait dû nous donner une date précise », a avancé la présidente du SMM.

Aucune considération

« Nos revendications peuvent être réalisées car certaines d’entres elles ont déjà été acquises en 2006 », a lancé pour sa part le président du Syndicat des greffiers de Madagascar. En effet, ils demandent la hausse de leur émolument à 100.000 ariary par mois. Ils réclament également que la gestion du registre national du commerce et des sociétés leur revienne.

Le SMM, quant à lui, revendique l’indépendance de la justice, l’arrêt de l’ingérence des responsables dans les décisions de justice et exige l’application de ces décisions sans condition.

Sur le même registre, le Syndicat des magistrats de Madagascar réclame aussi la réforme du statut des magistrats et les dispositions régissant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). « Nous nous sommes opposés par exemple à la procédure d’élection et de désignation des membres du CSM. A ce sujet, nous allons prochainement  procéder à l’élection des nouveaux membres avec ce statut qui ne nous convient pas. Et même le président de la République, garant de l’indépendance de la Justice, ne bouge pas le petit doigt pour répondre à nos requêtes », a conclu la présidente du SMM.

Nadia

 

Les commentaires sont fermées.