Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pesta mania

Pesta mania

Madagascar est l’un des rares pays au monde où la peste a sa propre saison bien définie dans le calendrier

du ministère de la Santé. Chaque année, dès que l’hiver se retire en laissant la place à un beau printemps annonçant aussi la venue de dame pluie, cette maladie du passé ne manque jamais ce rendez-vous meurtrier. Le rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) confirme que la peste, jamais éradiquée, sévit toujours à Madagascar.

7 morts et plus de 300 personnes faisant l’objet d’un suivi médical approprié, le bilan est déjà alarmant à peine la peste fait son entrée. De quoi créer la psychose et semer la panique non seulement dans la partie Est de la Grande île, mais également au cœur de la capitale.

De Toamasina à Antananarivo en passant par Moramanga, en l’espace de 48 heures, une véritable ruée vers les pharmacies est constatée. Tout le monde est sur ses gardes. Et, qu’importe si le prix d’une plaquette de « Cotrimoxazole » a quadruplé, la situation semble critique. La peste fait parler d’elle et fait la une des journaux. La peur

de la population atteint son paroxysme. Et si cette situation de menace sérieuse d’épidémie persiste, vu que la fin de saison semble encore loin, tout Madagascar sera en alerte rouge.

Fidèle à ce principe démodé d’un médecin après la mort, loin de cette devise universelle que mieux vaut prévenir que guérir, le ministère de la Santé tente de rassurer la population…comme à l’accoutumée. Attendre et agir…à vrai dire, subir alors qu’on a tout le temps pour se préparer, c’est laisser le champ libre à la peste et aux rats.

A coup sûr, l’année prochaine, le même scénario se reproduira. Après avoir fait des victimes, le ministère va annoncer que la situation sera maîtrisée et qu’il n’y aura plus rien à craindre. Pour l’instant, l’inondation reste à attendre alors que l’insalubrité des quartiers, infestés par les rats, s’installe déjà dans la capitale.

JR.

Les commentaires sont fermées.