Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

« Si j’étais président… »

« Si j’étais président… »

Le pays se trouve dans l’ornière. L’insécurité est difficile à maîtriser, la pauvreté attisée par l’inflation, les grèves et les manifestations en tout genre reviennent sur  le devant de la scène… et l’élection présidentielle de 2018 approche à grand pas.

« Si j’étais président de la République », en parlant de Hery  Rajaonarimampianina, « Je n’hésiterai pas à séparer le bon grain de l’ivraie au sein de mon équipe et de mon entourage », a commenté sans retenue un homme en lisant le journal dans un taxi-be. Et de continuer, « Un chef d’Etat élu par la majorité du peuple n’a pas besoin de demander publiquement aux  gens qu’il a lui-même nommés  à renoncer à leur mission ».

Dans le monde, notamment en Afrique, un président de la République qui appelle ses subordonnés, critiqués de

toutes parts, à démissionner, relève d’un fait rarissime. C’est du jamais vu même. Alors que paradoxalement, le chef suprême de l’armée dispose de tous les pouvoirs pour recomposer les membres de l’Exécutif et de remercier la vielle de la baderne.

En d’autres termes, vu les prérogatives de la présidence, elle n’a nul besoin de sommer ses collaborateurs incompétents à quitter la corne d’abondance. Et, il y a fort à parier qu’après cette exhortation du président de la République, personne ne va pas laisser la proie pour l’ombre. Seulement, on se demande si cette sommation précède vraiment le remaniement. D’ailleurs, à ce sujet, les rumeurs autour d’un vaste changement du gouvernement enflent davantage et d’après les bruits de couloirs, ce serait pour bientôt.

Logiquement, les élus du peuple devraient jouer en toute légalité et conformément à la constitution au jeu de l’alternance démocratique et les nominés au même titre que les désignés politiques, auteurs d’un résultat médiocre, devaient se rendre à l’évidence…à défaut de remaniement et d’un appel à démission.

JR.

Les commentaires sont fermées.