Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Une politique de chansons à boire

Une politique de chansons  à boire

Les camps politiques s’activent depuis quelques temps déjà en prévision des prochaines élections.

La course semble être engagée sérieusement entre deux des grosses pointures de la place sur tout le territoire où ils rivalisent d’adresse dans les démonstrations de force et la présence physique en toutes circonstances. En marge, leurs partisans respectifs font de leur mieux, si on peut le qualifier ainsi, pour soigner la visibilité de leur leader sans pour autant laisser leur propre image dans les tiroirs pour faire d’une pierre, deux coups.

Se faire de la publicité aux frais de la princesse fait déjà partie des astuces dans la pratique politique nationale d’ailleurs. A cet effet, les tenants du pouvoir ne se soucient guère d’user de la puissance publique et des moyens administratifs en leur possession pour assurer leurs arrières comme il se doit suivant la tradition politique en vigueur depuis la période de l’indépendance au grand dam de ceux qui en sont dépourvus… Les abus s’étendent jusqu’à leurs valets qui se sentent eux-mêmes plus royalistes que le roi dans leurs agissements. Conscients des débordements frôlant l’anarchie certainement, les décideurs du régime viennent de mettre le holà sur des pratiques publiques habituelles de leurs privilégiés sur l’utilisation abusive des prérogatives de puissance au risque de s’y casser les dents.

Tout sera comme avant malgré les nouvelles dispositions. Les partisans continueront d’entonner leurs sempiternelles chansons à boire pour les contourner en flattant dans la foulée leur corbeau de patron.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.