Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ankazo-Mahitsy : des manipulations politiques dénoncées

Ankazo-Mahitsy  : des manipulations politiques dénoncées

Le fokontany d’Ankazo, dans la commune rurale de Mahitsy, reste en effervescence après l’arrestation de son chef de fokontany, accusé d’attaque à main armée, au mois de juillet. Le concerné a apporté des explications, hier, pour calmer les esprits.

L’enquête au fond de Victor Ratolojanahary, chef de fokontany d’Ankazo-Mahitsy, prévue le 16 août dernier au tribunal d’Anosy, a été reportée au mois de septembre. Le concerné bénéficie toujours de la liberté provisoire malgré les fortes accusations portées par les plaignants. En effet, accusé d’acte de banditisme par la directrice de l’école primaire publique d’Ankazo et la trésorière de son association des parents d’élèves (Fram) au mois de juillet dernier, le président du fokontany de cette localité de la commune de Mahitsy, dans le district d’Ambohidratrimo, a dû  procéder à un déballage public pour éclairer les lanternes.

Faits incohérents

 Il a rappelé les faits ayant débuté par un spectacle de «Hira gasy» destiné à renflouer les caisses de la Fram et dont il a été parmi les initiateurs le 7 mai de cette année. S’étant risquée à transporter les bénéfices de la manifestation vers son domicile, la trésorière, accompagnée de la directrice de l’école, a été délestée de son sac par des bandits à visage découvert. Selon leurs premières déclarations, elles ne connaissaient aucun d’eux. L’individu qui leur a porté secours et qui a été blessé par les malfrats a aussi avoué ne pas connaître ses agresseurs. Ils sont revenus sur leurs déclarations toutefois après une soixantaine de jours pour accuser leur chef de fokontany d’avoir été le cerveau de l’attaque et ont obligé les parents d’élèves à payer une certaine somme destinée à payer les gendarmes pour arrêter des suspects qu’ils n’ont pas dévoilés jusqu’alors dans cette affaire.

Une arrestation musclée a alors été opérée par les gendarmes locaux, malgré l’insuffisance des charges, ayant abouti à la liberté provisoire accordée par le Parquet. Se disant victime d’une machination mafieuse à connotation politique, le président du fokontany d’Ankazo appelle ses partisans à l’apaisement et à la tolérance pour préserver les acquis de la circonscription en matière de développement.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.