Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Résistance silencieuse

Résistance silencieuse

Pourquoi certaines personnes rechignent à utiliser les nouvelles gammes de billets émis par le gouvernement ? Les raisons peuvent être multiples. Il y a ceux qui, d’un côté, pensent qu’il s’agit là d’une forme de résistance passive envers les autorités étatiques. L’inéluctable exaspération d’un malaise latent entre les gouvernants et la population.  En effet, le gouvernement semble tellement inactif  aux yeux de la population que le moindre changement qu’il opère suscite des débats. D’autant plus que le changement en question n’a aucun impact sur la vie quotidienne des gens. Et comme toutes les manifestations sont interdites et que la moindre critique est perçue comme une opposition à un pouvoir issu d’une élection, alors la population a choisi de s’opposer en silence. La fragilité est tellement profonde que même la population n’a plus la force d’exprimer son mécontentement dans la rue. C’est d’ailleurs pour cela que les initiatives des opposants sur ce sujet tardent à se concrétiser. Et que la population a choisi d’exprimer sa frustration en résistant à toute initiative prise par l’Etat.

Il y a aussi, de l’autre côté, ceux qui estiment que ce refus n’est plus ni moins que les conséquences d’une absence d’éducation. L’analphabétisme est tellement profond chez une partie de la population qu’il est difficile d’effacer  le moindre ragot et des « on-dit » dispersés par leurs auteurs. Et comme le gouvernement ne brille toujours pas par la sensibilisation, ce sont les faussaires qui en profitent. De Sambava à Ambovombe, en passant par Farafangana et Mahanoro, ces temps-ci, les faux billets se ramassent à la pelle. Avec sa lenteur maladive, les autorités étatiques ont été doublées par les faussaires.  Et on s’étonne que la population, même dans la capitale, selon divers témoignages, hésitent à prendre ces nouvelles gammes de billets.

Le pire dans tout cela, c’est que les autorités étatiques, concentrées à servir leurs propres intérêts, en oubliant au passage leur responsabilité première, n’ont plus de voix et encore moins de respect auprès de la population.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.