Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : la méningite et la rougeole à Tananarive

Quelques familles ont été émues par la nouvelle que ces épidémies sévissaient à Tananarive. Elles pourront être rassurées par la lecture des renseignements suivants puisés à bonne source.

Tananarive,

le 22 juillet 1917

Il est exact que la rougeole et la méningite cérébro-spinale ont fait leur apparition au Bataillon de l’Émyrne, mais jusqu’ici elles n’ont touché, l’une et l’autre, que des jeunes gens de la classe 18. Il y a, je crois, quatre ou cinq méningitiques sur quatre cents hommes et sept ou huit rougeoleux.

La méningite n’attaque, paraît-il, que ceux dont le système nerveux est assez faible ou assez peu formé pour donner prise au microbe de cette maladie ; c’est pourquoi elle sévit surtout parmi les Malgaches qui épuisent leur système nerveux par leur inconduite ou par la boisson ; c’est pourquoi elle atteint non pas les Européens adultes, mais les enfants et les jeunes gens de la classe 18. Elle se manifeste d’abord par une sorte de fièvre, puis par des douleurs dans les articulations et dans la région des reins ; c’est-à-dire qu’elle commence par entamer la moëlle épinière par le bas puis elle monte petit à petit. Quand elle est arrivée au cou, le malade ressent des douleurs à la nuque qui font prévoir un dénoûment fatal à bref délai. Une fois arrivée au cerveau, on peut dire que c’est fini.

On a pris, bien entendu, des mesures de prophylaxie. La 4e Compagnie, composée de jeunes, a été transférée au Fort Duchesne, de façon à ne pas laisser les hommes si serrés dans les chambres ; on arrose celles-ci avec du sulfate de cuivre et du crésyl ; on devient sévère pour la propreté ; on donne à manger aux hommes un morceau de pain et un bifteck avant d’aller à l’exercice ; les infirmiers passent à midi dans les chambres pour mettre un préservatif (menthol, je crois) dans les fosses nasales des hommes, etc.

On voit par ces détails que le mal est enrayé et qu’il n’y a rien qui puisse inquiéter sérieusement.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.