Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Développement industriel : la LDI fait l’unanimité entre public et privé

Développement industriel  : la LDI fait l’unanimité entre public et privé

Le projet de Loi sur le développement industriel (LDI) de Madagascar a été adopté en Conseil du gouvernement et en Conseil des ministres la semaine dernière. Le Syndicat des industries de Madagascar (Sim), représentant le secteur privé, se dit satisfait de cette loi cadre.

Chabani Nourdine, ministre de l’Industrie et du Développement du secteur privé (MIDSP) a reçu en audience, hier, Fredy Rajaonera, président du Sim. Cette rencontre était l’occasion pour ce représentant du secteur privé de saluer les efforts de l’administration, lesquels ont facilité l’adoption de cette loi qui constitue le premier cadre réglementaire du secteur industriel en 57 ans d’indépendance.

D’après le président du Sim, la LDI est le résultat concret de l’efficacité du Dialogue public privé (DPP). «Cette loi est le fruit de trois ans de travaux dans lesquels se sont impliqués le secteur privé, l’Etat à travers le MIDSP et la Fondation Friedrich Ebert (FES). Ce cadre devrait, entre autres, garantir un environnement juridique spécifique stable au secteur ainsi qu’un climat des affaires favorable pour une industrialisation forte», a-t-il évoqué avant d’ajouter que «Nous sommes convaincus que les industries constituent le moteur du développement économique du pays».

Chabani Nourdine a souligné, pour sa part, que «La LDI offrira un cadre incitatif,  pour une mise à niveau des industries locales à travers une stratégie claire et coordonnée sur l’amélioration de la compétitivité des industries, un meilleur accès aux marchés et au financement, la disponibilité de ressources humaines qualifiées, la promotion de l’entrepreneuriat en faveur des petites et moyennes industries, une offensive à l’export sur des secteurs ciblés et la promotion de l’innovation et des technologies».

Les dispositions principales

Parmi les points forts de la LDI devant profiter aux investisseurs et aux industriels, on peut citer, entre autres, la mise en place de l’Agence nationale du développement industriel (Andi), un organe de régulation du secteur qui aidera à son développement et à l’amélioration de son environnement, la mise en place du  Fonds national pour le développement industriel (FNDI), une structure financière destinée à appuyer les industriels dans la mise à niveau ou la mise en œuvre de leurs projets.

Des mesures d’incitations fiscales à l’innovation et à la formation seront prises, parallèlement à l’application systématique de la préférence nationale pour les entreprises industrielles de droit malgache agréées.

La création de Zones d’investissement industrielles (ZII), pour lesquels les développeurs bénéficieront d’un abattement fiscal de spécialisation, est également prévue. Des secteurs d’activités industrielles spécifiques, identifiés en collaboration avec le secteur privé, seront, en outre, classés comme prioritaires. Des mesures particulières d’accompagnement seront prises, notamment, pour les industries naissantes.

Dans le cadre de la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles et déloyales, la loi prévoit la création d’un corps spécialisé d’Inspecteurs industriels, à la fois pour constater et gérer les irrégularités. Enfin, et non des moindres, la LDI prévoit une clause de stabilité de 20 ans, pour toutes les mesures d’incitation concernant les dispositions fiscales et douanières.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.