Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Isotry : le centre des sans-abri affiche complet

Isotry  : le centre des sans-abri affiche complet

Une vague de froid, accompagnée parfois de pluies fines, a envahi Antananarivo est ses environs ces derniers temps. Les premières victimes sont les SDF dont l’effectif ne cesse d’augmenter dans la capitale. Malheureusement, les centres d’accueil affichent complet.

Cela à l’exemple du centre «Akany Fiarenana» d’Isotry qui compte actuellement plus d’une cinquantaine de familles, avec un effectif d’au moins une centaine de personnes. Elles sont réparties en trois catégories dont la première est réservée aux garçons, la deuxième est destinée aux filles et la troisième accueille la famille dont la majorité sont des femmes célibataires (veuves ou abandonnées par leur mari) accompagnées de leurs enfants. D’après un responsable,  ce centre n’accueille plus de pensionnaires depuis le début de ce mois. Sa capacité ne lui permet pas de recevoir davantage, malgré actuellement la demande incessante en hausse. Le comble est que le centre «Seba», un autre centre d’accueil, toujours du côté d’Isotry, a fermé temporairement ses portes pour cause de réparation.

Un abri temporaire

Ces centres n’accueillent leurs pensionnaires que temporairement. Ces derniers commencent à occuper les lieux à partir de 17 h, pour ne les quitter que le lendemain matin à 8 h au plus tard, pour vaquer à leurs occupations quotidiennes afin de subvenir aux besoins familiaux. Et de revenir de nouveau au centre le soir venu. A leur première entrée, ils reçoivent une couverture et une natte. Lors des périodes de fêtes, comme le 26 juin ou celle de la nativité, des repas leur sont offerts dont la quantité et le contenu varient selon les donateurs.

Une longue occupation

Il arrive que des familles restent sur les lieux pendant toute une année entière. «Nous les aidons à trouver du travail ou d’autres  occupations pour qu’ils puissent fonder leurs propres foyers ailleurs. Mais, quelquefois, faute de ressources financières, ils rejoignent de nouveau le centre. Et de tels cas ne sont pas rares», a précisé une responsable du centre «Akany Fiarenana». Et de noter ensuite que le respect de la discipline imposée par le centre, comme le nettoyage des lieux avant de partir, ou encore l’observation du silence à partir de certaines heures de la nuit, contraint certains pensionnaires à ne plus revenir.

Sera R

 

Les commentaires sont fermées.