Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Atsinanana : dégradation des routes à Toamasina

Atsinanana : dégradation des routes à Toamasina

Les responsables de la ville doivent encore redoubler d’efforts pour donner plus d’attraits à Toamasina. La circulation sur ses principales artères demeure toujours problématique malgré les différents projets liés à la redynamisation du tourisme envisagés récemment dans la localité.

La vétusté des infrastructures routières de la ville de Toamasina annihile tout effort de mise en valeur de son potentiel touristique, déplore la population qui s’attend à une symbiose entre le démarrage du projet de la commune urbaine avec l’aménagement de la ville. Plusieurs axes routiers de la capitale du Betsimisaraka ne le sont plus que de nom depuis des années sans aucun projet de réhabilitation. L’état du tronçon partant de la station-service de Manangareza jusqu’à la barrière d’Anjoma provoque quotidiennement un embouteillage monstre et pourra causer des accidents à la longue. La population se demande actuellement la raison pour laquelle la commune urbaine de Toamasina n’a jamais inclus dans son programme d’aménagement le projet de réhabilitation de ce tronçon d’environ 150 mètres de rues qui portent préjudice au développement socio-économique de la ville.

Des projets mort-nés

Les travaux de réfection annoncés pour la route reliant les fokontany d’Ankirihiry à Mangarano n’ont jamais débuté, déplorent les riverains. Cette route très passante se transforme en rivière de boue dès les premières pluies, obligeant à de larges détours, se plaignent les usagers. Outre cette dégradation des routes dans la ville de Toamasina, l’éclairage public a disparu totalement de la portion de route entre l’hôpital et le club nautique, suite à l’enlèvement des poteaux électriques par des voleurs de ferraille. La mise en marche du projet de développement par le tourisme initié par la commune urbaine de Toamasina risque donc d’être ralentie à défaut de remise aux normes de ses différentes infrastructures dont les routes.

Manou

Les commentaires sont fermées.