Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Politicophobie et auto…psy

Politicophobie et auto…psy

«Ny gasy tsy miady amam-paty». Un bon vieil adage malgache qu’on peut traduire littéralement par «Les Malgaches n’ont aucune rancune avec une personne qui ne fait plus partie de ce monde». Sagesse et noblesse oblige. Les valeurs et mœurs culturels, bien qu’ils soient transmis de bouche à oreille, ont forgé la mentalité des Malgaches à toujours s’unir dans la douleur mais il y aura toujours des esprits malveillants qui profiteront de la situation à leurs propres fins.

Les anciens parlent de «Manararao-paty» pour désigner que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Sans vouloir remuer le coûteau dans la plaie de la famille des victimes, l’on ne s’en lassera pas de dénoncer cette hypocrisie et les déclarations mal placées à propos d’un fait…divers dont l’impact a été considérable surtout en perte de vies humaines.

Les diverses gestations «post-évènement» n’étonnent plus le peuple lambda pour ce qui est des interventions des dirigeants. C’est devenu une sorte de politicophobie (ndlr, peur des hommes politiques) qu’il étouffe logiquement dans des «auto…psy». Une sorte de traitement qui lui permet de garder son calme bien qu’il sait pertinemment qu’il est en train de mourir à petit feu…Pour preuve, les internautes se déchaînent sur les réseaux sociaux pour évacuer toutes leurs émotions et crier à l’injustice.

Actuellement, la confiance ne règne plus entre les Malgaches et l’adage «Ny anongotsongoana ny maty, tahotry ny handevim-belona» a vraiment pris tout un autre sens. Il ne se passe pas un cas de mort suspecte sans qu’un facebooker ou membre actif des résaux sociaux ne laissent des commentaires brûlants à ce sujet. Et ce, sans parler des apparitions précipitées des hommes politiques dans les médias pour se défendre derrière des arguments très loin d’être convaicants.

Rojo N.

Les commentaires sont fermées.