Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

La voie est libre

La voie est libre

A quand la fin de la gabegie dans le domaine du transport ? La route est longue et sera semée d’embûches…avant d’arriver à destination. Dans la ville comme sur les  routes nationales, en plein jour comme au beau milieu de la nuit, un accident aux conséquences irréversibles pourrait se produire à tout moment. On ne choisit pas sa mort, mais quand on est face à elle, il n’y a rien à faire que de s’en remettre au destin…et à la volonté du bon dieu.  Le jour est venu pour ces passagers de prendre le chemin funeste avec un aller simple au bord d’un cercueil ambulant. Et la voie est libre.

En une fraction de seconde, après avoir roulé des centaines de kilomètres sans faire l’objet d’un contrôle, c’est la fin du parcours. « Ainsi va la vie, l’homme propose, Dieu dispose. Tu es poussière et tu retourneras  à lapoussière », lit-on toujours dans les messages de condoléances. Alors que dès le départ, le « Boeing » battait de l’aile, signe d’un crash imminent et de la mort qui guette au tournant. Puis, l’irréparable s’est produit, le véhicule a fini sa course au fond d’un ravin. Des morts et des blessés. La faute à qui ?

 Sans conteste au chauffeur et au propriétaire, qui dans tous les cas, sont mouillés jusqu’au cou au nom de l’application stricte de la loi. Le médecin après la mort. Ces dernières années, trop de sang a coulé. La dernière en date était la tragédie d’Ankazobe faisant état d’un bilan contradictoire à l’heure actuelle.

Bien avant ce drame, c’est-à-dire durant le premier et la moitié du deuxième semestre de l’année, 79 personnes ont été tuées sur les routes, selon les chiffres rapportés par les responsables. L’accident d’Anjozorobe en janvier dernier détient le triste palmarès avec 47 morts. Alors que durant l’année 2016,  le bilan officiel a annoncé 95 victimes. Cette année est funeste et continuera à l’être si les responsables se contentent juste de réitérer après les faits, la nécessité d’appliquer les lois en vigueur.  Les chiffres en témoignent et reflètent cette gabegie dans le domaine du transport.

JR.

Les commentaires sont fermées.