Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: litotes ravageuses

Par delà la valeur de première importance qu’exprime le mot droit dans l’entendement pour désigner l’ensemble des règles qui régit un système social donné, ce vocable comprend d’autres sens qui parfois peuvent induire des contradictions. De manière classique, en pendant à un droit on accouple une ou des obligations. Il arrive pourtant que l’on utilise le terme droit pour signifier une obligation, usage pouvant induire une fusion des deux sens que conduire à une sorte de confusion : «droit» peut alors exprimer  autant obligation à exécuter au préalable que la latitude même d’agir ou de jouissance en contrepartie. Ainsi droit de passage peut d’une part parler des conditions pour obtenir un droit que d’autre part dire la jouissance à exercer ce droit.

Payer d’abord, jouir après ! Toute une litanie usuelle de «droits» d’abord charges avant d’être droits : droits d’inscription, droits d’examen, droits d’entrée… Droit permet peut-être de mieux faire avaler sans douleur la pilule, plus que le mot taxe au goût de laxatif voire présentant le désagrément de suppositoire.

Dans les us les droits pour participer au concours des emplois publics n’ouvrent selon la rumeur publique que l’accès à un couloir dans lequel s’activent des genres de bookmakers vendant des paris sur les possibles aventures vers lesquelles mènent des droits dont on s’est acquitté. Les aigrefins se mêlant aux escrocs, la chance d’obtenir le gros lot consiste à savoir  miser sur le bon escroc, rebelote d’une loterie. Payer au prix le plus élevé augmente le prix des risques sans garantie de mieux assurer les chances, mais rassure le mental comme il convient de jouer dans l’enfer de ce jeu. Alors le souhait de réussite au concours n’occupe plus tout seul l’espoir, penser aux moyens de se rembourser la mise devient la principale préoccupation et en même temps berce de rêve. Qualifier d’investissement la mise contribue à déculpabiliser la perspective de se confectionner un plan baptisé d’un pieux euphémisme «code d’amortissement». Pour avoir payé les droits d’entrée, on s’apprête à s’installer au guichet des rackets. Plus les droits sont élevés, plus pèse le montant d’amortissement. Si on fixe à des centaines de milliards le plafond des dépenses pour avoir une chance de devenir président, les candidats ont à envisager tous les modes de racket afin de trouver confort pour s’acquitter du coût élevé de la rançon dont ils se sont entouré le cou.

Léo Raz

 

Les commentaires sont fermées.