Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Cambriolage meurtrier: Jacky Tsiandopy assassiné à son domicile

Cambriolage meurtrier: Jacky Tsiandopy assassiné  à son domicile

L’ancien ministre de la Fonction publique, Jacky Tsiandopy Mahafaly, et non moins président du Syndicat des inspecteurs généraux d’Etat, 65 ans, a été retrouvé mort à son domicile sis à Andavadobo Ambohidratrimo dans la matinée d’hier.

Un cambriolage qui a mal tourné ou un acte prémédité ? Plusieurs zones d’ombre planent sur cette affaire et des questions restent en suspens. Quoi qu’il en soit, l’enquête ouverte par les éléments de la Section

de recherches criminelles et de la Brigade de gendarmerie d’Ambohidratrimo permettra à coup sûr de faire toute la lumière sur ce drame.

Très peu de détails ont filtré sur cette affaire. Les proches du défunt ainsi que les responsables de la gendarmerie sont très avares en ce qui concerne les circonstances du meurtre. Le colonel Zafisambatra Ravoavy, commandant du Groupement de gendarmerie dans la région Analamanga, a indiqué laconiquement que la thèse d’une piste criminelle est fortement privilégiée.

«Les premiers éléments de l’enquête révèlent qu’il s’agit d’une mort suspecte. Les enquêteurs ont constaté des traces de lutte. La pièce où a été retrouvé le corps était en effet en sens dessus dessous. Pendant plus de cinq heures, nos éléments ont travaillé d’arrache-pied afin de rassembler le maximum  d’indices qui pourraient faire toute la lumière sur cette affaire», a-t-il révélé succinctement.

Par contre, les informations glanées ici et là ont permis d’apprendre que l’ancien ministre n’était pas seul. « Son épouse était en voyage à Antsiranana au moment des faits mais si je ne m’abuse pas, un couple occupe la dépendance. Ce dernier assure la sécurité de la propriété et c’est le mari qui est également le chauffeur de Jacky Tsiandopy qui aurait découvert le corps quand il est allé chercher les clefs de la voiture le matin. Il a alerté des membres de la famille à Antsiranana qui a prévenu à son tour un général de gendarmerie», a indiqué une source. C’est seulement après que des membres de la famille dans la capitale ont appris la disparition du sexagénaire.

Une piste sérieuse

Une autre source a affirmé que le mobile du crime est un vol. «D’après ce que j’ai entendu, on lui avait bandé les yeux. Aucune blessure apparente n’a été décelée, par contre des hématomes ont été observées au niveau de sa tête. Les auteurs de ce crime ont emporté, entre autres, des bracelets et un collier en or ainsi qu’un ordinateur portable mais la famille est encore en train de vérifier si d’autres objets ont été dérobés», a expliqué la source.

Très tôt dans la matinée d’hier, un chien pisteur de la brigade cynophile de la gendarmerie a été utilisé pour trouver la piste des malfaiteurs. Le chien s’est dirigé vers une maison d’habitation située à proximité de la propriété mais aucune information n’a été divulguée sur ce sujet, secret d’enquête oblige. Le corps a été envoyé à l’hôpital d’Anosiala où a été pratiquée une autopsie.

«Nous sommes sur une piste fiable. C’est tout ce que je peux dire pour l’heure», a rassuré un officier de gendarmerie.

Outre les membres de la famille et les proches, plusieurs hautes personnalités dont le président de l’Assemblée nationale, des députés ainsi que des anciens ministres de Marc Ravalomanana étaient présents hier à Andavadobo.

Mparany

Les commentaires sont fermées.