Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mamy R. retrouvé mort à son domicile: la thèse du suicide privilégiée

Mamy R. retrouvé mort à son domicile: la thèse du suicide privilégiée

La classe politique est en deuil. L’ancien président du Congrès de la Transition Mamy Rakotoarivelo a été retrouvé mort hier à son domicile à Ankadifotsy.

Hier vers midi, les réseaux sociaux se sont enflammés. Les internautes ont relayé la mort de Mamy Rakotoarivelo qui s’est répandue comme une traînée de poudre sur la toile. A vrai dire, l’ancien président du Congrès de la Transition a été retrouvé mort à son domicile à Ankadifotsy. Suite à une descente policière sur les lieux, une trace de balle a été décelée au niveau de sa tête. Et d’après toujours les commentaires, à prendre au conditionnel, apparemment il se serait tiré une balle dans la tête avec un pistolet automatique, retrouvé à côté de lui sur le lit. C’est le personnel de maison qui aurait entendu deux coups de feu venant de la maison qui a prévenu la police.

Très vite, outre les curieux rassemblés devant les lieux et les médias, les éléments de la Brigade criminelle et de la police scientifique et technique sont également arrivés pour  constater le décès et ouvrir une enquête dans le dessein de déterminer les causes exactes de la mort.  Puis, le corps a été emmené à l’HJRA pour autopsie. A part le constat de décès, le représentant des forces de l’ordre est resté prudent avant de tirer une conclusion, si Mamy Rakotoarivelo a réellement mis fin à sa vie.

«Seule l’autopsie pourra confirmer s’il s’agit d’un suicide ou non», a annoncé le Commissaire principal Jean de Matha Rakotondrasoa présent à Ankadifotsy vers midi. Pour le moment, et selon plusieurs sources, la thèse du suicide est privilégiée.

Parcours

Ces derniers temps, Mamy Rakotoarivelo a fait part de ses émotions par rapport à sa vie privée et politique sur les réseaux sociaux. La dernière en date sonne comme un testament, notamment à l’endroit de sa sœur.  Ceux qui l’ont connu le décrivent comme une personne avenante, attachante et simple.

Mamy Rakotoarivelo a  fait sa dernière apparition publique au cours de la célébration du XVe anniversaire du parti Tiako i Madagasikara (Tim) récemment au Carlton. Il figure parmi les personnalités qui ont connu les soubresauts de cette formation politique.

Au niveau de sa carrière politique, il a été le Chef de file de la mouvance Ravalomanana durant la crise de 2009 à 2013. Toutefois, cet expert-comptable faisait aussi partie des dirigeants du journal Midi Madagasikara entre 1994 et 2002, et était ministre de la Communication dans le premier gouvernement Sylla entre mai et décembre 2002. C’est aussi un féru de judo.

«Président du judo club de Saint-Michel, président de la fédération malgache de judo, président du comité olympique malgache, beaucoup de sportifs l’ont côtoyé. Chacun a ses interprétations, ses souvenirs, mais moi, je garderai en moi le souvenir d’un homme qui a vraiment beaucoup donné au monde du sport et au judo en particulier», a posté une journaliste qui a tenu à lui rendre hommage sur la toile.

Par ailleurs, il était vice-président de la Chambre basse sous la première année du régime Ravalomanana et ensuite président de la Chambre basse, dénommée Congrès de la Transition durant la crise suite à la signature de la feuille de route en septembre 2011.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.