Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

DGD – Secteur privé: Ensemble contre la corruption

DGD – Secteur privé:  Ensemble contre la corruption

La Direction générale des douanes (DGD) et les différents groupements d’entreprises du pays (Sim, Gem, GPCAD, GEFP, GOPTM, ATPSM…) se sont réunis, hier, dans la capitale autour d’une table- ronde intitulée  «Lutte contre la corruption par un partenariat Douane/entreprises».

A cette occasion, l’administration des douanes a présenté  les efforts et les réformes entrepris dans la lutte contre la corruption notamment le contrat de performance, l’engagement  sur l’éthique, la mise en place du tableau de sanction pour  les douaniers… La Douane malgache a également tenu un exposé sur l’Observatoire du délai de dédouanement.

Dans son allocution, Fredy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar (Sim), représentant également le Groupement des entreprises de Madagascar (Gem), a tenu a précisé que «Pour le secteur privé, la lutte contre la corruption, c’est la lutte contre la concurrence déloyale». La concurrence, a-t-il déclaré, peut se manifester sous diverses formes en terme de fraudes douanières : entrée illicite, fausse déclaration, non respect des normes en vigueur et réalisation de ventes sans factures.

La seconde partie de cet événement consistait à discuter des questions et remarques des usagers sur les opérations de dédouanement au sein du bureau des douanes Antanimena, notamment la Procédure prise en charge, le circuit rouge…

Le secteur privé a ainsi interpellé l’administration sur le fait que la DGD doit prêter main forte au secteur privé pour lutter contre ces tares. Eric Narivony Rabenja, directeur général des Douanes a assuré pour sa part que son département poursuit les efforts déjà entrepris pour améliorer et faciliter les opérations de dédouanement tout en tenant compte de la gestion efficace des ressources humaines…

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.