Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Navigation aérienne: l’Asecna en réunion statutaire

Navigation aérienne: l’Asecna en réunion statutaire

Antananarivo abrite depuis hier et pour deux jours la 135e session du Conseil d’administration de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) dans le cadre de la réunion statutaire de l’agence. S’ensuivra le 29 juillet prochain la 61e réunion de son Comité des ministres.

Ces réunions examineront des points importants dans la vie de l’Asecna, sept mois après la prise de fonction de Mohamed Moussa, nouveau directeur général de l’agence, désormais soumis à une lettre de mission.

La lettre de mission remise au directeur général est assortie d’objectifs cibles et d’indicateurs de performance définis sur le plan technique et opérationnel et relative au Plan régional de sécurité de la navigation, du financier et de comptabilité, sur la base des conclusions de la Commission de vérification des comptes de l’Asecna.

A l’ouverture officielle des réunions, hier, à l’hôtel Carlton Anosy, Benjamina Ramanantsoa, ministre malgache des Transports et de la météorologie, a justifié le choix de Madagascar pour la tenue de ces réunions. «Madagascar a enregistré un certain succès story pour ne citer que la sortie de l’annexe B de l’Union européenne, l’obtention du certificat du président de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) l’année dernière. Dans le dynamique de la réforme du transport aérien, nous disposons aussi actuellement de la Lettre de politique nationale du secteur aérien. Tout ceci dans l’objectif de maintenir un certain niveau de sûreté et de sécurité aérienne», a-t-il expliqué.

Projet de «Ciel unique africain»

Questionné sur ses perspectives d’actions à la tête de l’Asecna, Mohamed Moussa a souligné que «L’idée la plus importante pour nous, aujourd’hui, est de mettre cette expérience de 60 ans de gestion au service du continent africain. Un projet de ciel unique africain est déjà acté par les ministres et les Etats membres depuis 2010. L’Asecna a été chargée de conduire les études nécessaires à sa mise en place».

«Dans cette perspective, il s’agit d’ amener l’Afrique vers plus d’unité, d’intégration et d’aptitude à sécuriser un domaine stratégique pour les économies des pays. C’est un projet qui sera conduit avec beaucoup d’engagement et que l’Asecna mettra en œuvre dans les cinquante prochaines années», a-t-il conclu.

La FIR d’Antananarivo

Créée en 1959, l’Asecna qui compte aujourd’hui 18 Etats membres, dont 17 pays africains et la France, gère six régions d’information de vol (FIR), soit plus de 16 millions de km2 à l’exception de la France. La FIR d’Antananarivo (environ 4 millions de km2) comprend les espaces aériens terrestres et maritimes de Madagascar, des Comores, de la Réunion et de plusieurs autres îles de l’océan Indien ainsi que les parties adjacentes de la haute mer réputées espaces aériens internationaux. Selon les chiffres de l’Asecna, la FIR d’Antananarivo a traité en 2015 environ 23.000 trafics en survol et 32.000 décollages et atterrissages.

Arh.

Les commentaires sont fermées.