Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Marché des devises: à la recherche d’une stabilité monétaire

Marché des devises: à la recherche d’une stabilité monétaire

Après l’émission des nouveaux billets de banque, les autorités bancaires et la Banque centrale de Madagascar en particulier, devraient mettre en place un mode de régulation de politique monétaire. Ceci afin de maintenir la stabilité des prix (stabilité interne) ainsi que la stabilité des changes (stabilité externe), selon l’avis d’un économiste.

Mobilité de capitaux, capacité d’exportations, aides budgétaires… Ce sont entre autres les facteurs déterminants d’une stabilité monétaire, selon les explications de Rado Ratobison, économiste de profession et membre du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem). Et par stabilité monétaire, on entend aussi stabilité des prix qui est le maintien relatif à la valeur d’une monnaie dans le temps par rapport à la valeur des biens de consommation.

Cependant, la volatilité du taux de change sur le marché interbancaire de devises (MID) s’avère être courante. «Le fait est que la capacité d’exportation de Madagascar n’a toujours pas permis de satisfaire les besoins d’importation. A part cela, le degré de mobilité de capitaux à Madagascar reste faible. Cela entraîne une baisse de la rentrée de devises, notamment au niveau du secteur privé», a expliqué notre interlocuteur.

Par ailleurs, un environnement des affaires non attractif (instabilité politique, coût d’investissement élevé…) constitue un frein à la mobilité de capitaux. Pour le cas de Madagascar, la demande en devises étrangères a toujours été forte pour satisfaire les importations et jusque-là, la réserve de devises demeure suffisante, a fait remarquer l’économiste.

Une légère appréciation de l’ariary

Une légère appréciation de l’ariary sur le MID est notée ces dernières semaines. «Alors que la plupart des agents économiques craignaient une dévaluation notable de la monnaie malgache, notamment avec l’émission des nouveaux billets de banque, les autorités bancaires ont fait preuve d’anticipation prudente face aux éventuels chocs sur le taux de changes ou encore sur l’inflation», a expliqué à ce sujet Rado Ratobison avant de s’interroger si ce comportement va durer.

Cet économiste nous a confié que «Un des chocs futurs qui pourraient influencer la stabilité monétaire serait entre autres une nouvelle réglementation sur les procédures d’exportations. L’argument serait certes l’assainissement dans le domaine de l’exportation, mais cela pourrait faire baisser le volume d’exportation et par extension, causer une baisse de réserve de devises».

A très court terme, la variation des cours de l’ariary à hauteur de 200 ariary relève d’une fluctuation normale et habituelle dans la mesure où l’offre en devises réponde suffisamment à la demande. Mais à moyen terme, seul le degré de mobilité des capitaux le détermine. Pour Madagascar, le taux de change et les prix ont toujours été volatils.

Arh.

Les commentaires sont fermées.