Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: préférence nationale

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? C’est une question que l’on se pose souvent quand on doit déposer un dossier dans une administration. Les illustrations ne manquent pas, toutes aussi épuisantes les unes que les autres. Imaginez par exemple que votre dernière lubie en date vous amène à créer une association. Rien de plus simple. La liste des pièces à fournir se compte sur les doigts d’une seule main, les sommes à régler s’élèvent à un montant tout à fait honnête. Tout cela semble bel et bon tant que vous oubliez que la dichotomie entre nationaux et étrangers se décline sans limite, donc également pour la création d’une association.

Si l’un des membres du bureau de l’association est étranger, sachez d’abord que vous n’aurez plus assez de vos dix doigts pour compter les pièces à fournir en cinq exemplaires. Il vous faudra passer par le tribunal demander un extrait de casier judiciaire pour chacun des membres, étrangers et nationaux.  L’explication est la suivante : tant que le bureau est formé de ressortissants malgaches, il n’est pas question de tribunal. Dès que le bureau comprend un étranger, la suspicion est de rigueur, équitablement partagée entre tous ses membres. C’est très simple, finalement.

Les extraits de casier judiciaire viennent grossir le dossier qui s’ouvre, à ne surtout pas oublier !, par un courrier adressé au Ministre de l’Intérieur, lui demandant humblement l’autorisation de créer cette petite association qui prend désormais une importance cruciale par la faute d’un membre étranger. Enfin, est-il besoin de le signaler, les sommes à régler à la préfecture et au faritany sont autrement plus élevées, dès lors qu’un seul des membres du bureau est étranger.

Si à ce stade de la création vous laissez échapper un soupir désenchanté, on vous souffle une solution de facilité : exfiltrez l’étranger et formez un bureau qui respectera la préférence nationale.

Kemba Ranavela

Les commentaires sont fermées.