Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Camille Vital : « Les élections restent le seul espoir »

Camille Vital  :  « Les élections restent le seul espoir »

Face à la situation que traverse le pays actuellement, notamment la crise politique, mais aussi sociale avec le phénomène d’insécurité qui gagne de l’ampleur, l’ancien chef du gouvernement de la Transition, le général Camille Vital, l’invité de l’émission « Ambarao » sur Alliance 92 livre ses impressions.

«Nous avons demandé à maintes reprises le départ du chef de l’Etat à cause de son incompétence dans la gestion du pays, mais la communauté internationale nous a conseillé d’attendre les élections », a répondu le général Camille Vital aux questions de Priscat Rakotomalala à propos du processus électoral. « A présent, nous demandons au gouvernement de donner les dates officielles pour que le moment venu, il ne sera plus question d’excuse comme la période de pluie ou autre prétexte », a-t-il précisé.

Contre le ni…ni

Le fameux ni…ni de 2013 a été au centre de tous les débats ces derniers temps. A ce sujet, le général à la retraite s’aligne sur la position de la communauté internationale en prônant des élections libres et inclusives. Pour dire que l’éventualité d’un ni…ni, notamment durant la présidentielle de 2018 est à écarter.

« Il est préférable que tout le monde se présente et que le meilleur gagne pour assurer des élections libres et transparentes », a-t-il fait savoir en indiquant toutefois qu’il ne sera pas candidat à ces élections.

Insécurité grandissante

Sur le plan sécuritaire, il est primordial que l’Etat prenne des mesures adéquates. « Aucun développement  économique n’est possible sans la sécurité », a expliqué l’ancien chef du gouvernement. D’ailleurs, « Lors des élections de 2013, le mot d’ordre que j’avais lancé était de lutter contre l’insécurité », a-t-il précisé. Il évoque ainsi le phénomène dahalo qui n’en finit pas mais également les kidnappings. « Il est malheureux qu’on soit arrivé là et il faudrait que le gouvernement en place tienne compte de ce phénomène et calmer l’esprit de la population malgache ». Pour Camille Vital, « Les élections restent le seul espoir » pour Madagascar de sortir de l’ornière.

A titre de comparaison, le général Camille Vital précise que le taux d’insécurité était de l’ordre de 10 à 15% du temps de son gouvernement alors qu’il s’élève à présent à 50%. « C’est comme si la justice ne faisait pas son travail », a-t-il fait savoir.

A cela s’ajoutent les foyers de tension, notamment les grèves des agents des douanes, des magistrats et greffiers ou encore des étudiants. Pour lui, le régime en place devrait tout simplement y réfléchir un peu plus. Dans tous les cas, il a tenu à féliciter l’ancien ministre des Finances Gervais Rakotoarimanana d’avoir eu le courage de démissionner. « Un ministre qui détient un département clé et qui démissionne, c’est du jamais vu », a-t-il soutenu.

Au final, le général aspire à des élections transparentes et espère que les régimes successifs pensent à l’avenir, cela pour ne citer que des espaces exploitables à Madagascar. « Si les régimes successifs pensent à promouvoir l’agriculture, Madagascar devrait s’en sortir. On aura une indépendance alimentaire et par conséquent, nous n’auront plus besoin d’importer du riz », a-t-il expliqué. Pour ce qui est de la situation dans le Sud, l’ancien Premier ministre, actuellement converti à l’agriculture dans cette région, a soutenu que l’eau n’est pas un problème, car « Il suffit de faire des forages ».

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.