Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Commerce : les échanges intra-régionaux à promouvoir

Commerce : les échanges intra-régionaux  à promouvoir

Après la signature de l’accord sur l’intégration de Madagascar dans la Zone de libre échange tripartite, un atelier de formation des opérateurs locaux sur l’approvisionnement de ce marché a été organisé du 12 au 14 juillet.

Madagascar vient d’adhérer officiellement à la Zone de libre échange tripartite (ZLE) regroupant les trois blocs régionaux, à savoir le Marché commun de l’Afrique australe (Comesa), la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) et la Communauté de développement d’Afrique australe (Sadc). L’accord a été signé le 13 juillet dernier au palais de Mahazoarivo. Créée en 2005, la ZLE regroupe actuellement 26 pays africains. Elle représente 58% du Produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique avec 630 millions de consommateurs. Il y a donc un marché à fort potentiel à exploiter.

L’atelier de trois jours organisé à Anosy, du 12 au 14 juillet, a porté effectivement sur le renforcement de capacités des opérateurs locaux, notamment les PME par le biais d’une formation sur l’approvisionnement local dans la région tripartite.

L’intégration de Madagascar au marché régional reste encore infime, malgré les potentiels du pays et les opportunités que propose la ZLE. A l’exemple du marché du Comesa, la part de marché de la Grande île ne dépasse pas les 5% depuis son intégration à cette zone en 2000.

D’après les explications de Sandra Uwera, directeur général de la commission commerciale du Comesa, «Les entreprises s’approvisionnent souvent à l’extérieur de la région pour diverses raisons qui incluent les limites du marché local à répondre à temps aux exigences de base des coûts, de la qualité et de la cohérence de l’approvisionnement. Deuxièmement, les informations relatives  aux distributeurs et fournisseurs locaux sont limitées et peu crédibles et affectent dans ce sens la confiance de partenariat entre acheteurs et fournisseurs».

Respect des exigences internationales

La formation organisée par le Comesa Business Council (CBC), East Africa Business Council (EABC) et l’Association des Chambres de commerce et d’industrie de la SADC (ASCCI) a abordé les problèmes fondamentaux rencontrés par les entreprises. Il s’agit entre autres du problème des PME à respecter les exigences internationales en matière de norme, les limites des informations fiables et crédibles sur les fournisseurs locaux et aussi l’hypothèse actuelle selon laquelle les partenariats locaux d’approvisionnement sont considérés comme un processus difficile et instable.

Cette formation s’est focalisée sur le secteur de l’agroalimentaire, notamment les fournisseurs de fruits et légumes, des produits laitiers… Des acheteurs potentiels dans l’industrie agroalimentaire, l’hôtellerie et des points de vente tels que les chaînes de supermarchés ont également été présents.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.