Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Examens : les cours intensifs dans les écoles publiques interdits

Il est désormais interdit d’organiser des cours intensifs en vue des préparatifs aux examens officiels dans les écoles publiques. Le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, l’a soulevé hier lors d’une interview dans le cadre d’une cérémonie qui s’est déroulée à Anosy. Cette disposition a été prise dans le but de mettre en place un système de censure aux offres en la matière, évidemment à but lucratif, qui sont non crédibles dans la plupart. «Ces cours, des moyens habiles pour soustraire de l’argent aux candidats, se focalisant sur le traitement de sujets-types, contribuent à la baisse du niveau des élèves dans la mesure où ceux-ci incitent ces derniers à négliger l’apprentissage de leurs leçons. Ceci constitue un vrai piège pouyr eux vu qu’ils répètent tout simplement, sans aucun raisonnement, les résultats qu’ils ont retenu par cœur», a soulevé le numéro un du Men.

Une telle mesure a déjà été annoncée l’année dernière mais son application n’était pas optimale. Le Men compte affermir sa concrétisation lors de la prochaine année scolaire. «A partir de ce moment, seuls les professionnels dans ce domaine  auront l’autorisation de dispenser ces types de cours de révision, avec des conditions strictes imposées par le ministère de tutelle», a ajouté Paul Rabary. «Les cours ne sont pas inutiles, notamment pour les préparations aux examens officiels, vu que ceux-ci aident les élèves à avoir plus d’exercices pratiques, qui sont insuffisantes en classe à cause des contraintes de temps. Mais le fait d’inciter les élèves à faire un pronostic sur les éventuels sujets d’examen, comme font certains enseignants, est inadmissible», a souligné un enseignant du Lycée moderne d’Ampefiloha (LMA), Matio Fanantenana Andriamanampisoa.

D’autres enseignants des lycées privés ont fait valoir que la faible rémunération oblige les enseignants à donner des cours particuliers en complément de leur salaire, mais les élèves doivent analyser les offres qui leur sont  proposées en identifiant ceux qui ont des bonnes intentions à les aider à réussir et non ceux qui cherchent tout simplement à gagner de l’argent.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.