Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Prix du riz : des fluctuations à la hausse constatées

    Prix du riz  : des fluctuations à la hausse constatées

    la barre des 2.000 ariary est de nouveau atteinte pour le prix du riz sur l’ensemble des marchés d’Antananarivo depuis plus d’une semaine. Le prix du riz local dont le makalioka et le vary gasy atteint même  2.200 ariary/kilo, selon la qualité.

    Les principaux marchés de la capitale comme Analakely, Mahamasina, Anosy ou encore Andravoahangy, affichent des prix presque similaires. A Mahamasina par exemple, le kilo de vary gasy coûte 2.100 ariary, le makalioka s’achète entre 1.900 et 2.000 ariary, le riz de luxe à 2.000 ariary et le prix du kilo du riz importé varie entre 1.700 et 1.800 ariary.

    Les détaillants questionnés sur les raisons de ces variations de prix irrégulières n’ont souvent d’autres réponses que la diminution de l’offre notamment au niveau des grossistes. Spéculation ou pénurie réelle ? Autant d’interrogations qui laissent perplexes les consommateurs.

    Quid des importations ?

    Pour parvenir à nourrir toute la population et compenser la période de soudure, Madagascar a importé cette année plus de 240 000 tonnes de riz. Lors de la réunion entre les opérateurs en riz et les

    fournisseurs, concrétisée par une convention de partenariat avec l’État par le biais du ministère du Commerce et de la Consommation, le 23 juin dernier, Soloalitiana Rakotomanga, directeur général de la Consommation et de la Concurrence au sein du ministère du Commerce et de la consommation a fait savoir que 200.000 tonnes de riz seront importées pour le reste de l’année jusqu’en 2018.

    « Le volume d’importation dépendra de la demande des opérateurs à Madagascar. Il appartient effectivement aux fournisseurs et opérateurs de définir les prix et le mode de distribution. L’Etat intervient en tant que facilitateur dans les processus », a-t-il expliqué. Une condition s’impose en tout cas, les magasins de stockage doivent désormais obtenir un agrément de la part du ministère pour pouvoir importer. Cela devrait entre autres faciliter les contrôles.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.