Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Décès d’un nourrisson : la vaccination suspendue au CSB2 d’Analamahitsy

Décès d’un nourrisson  : la vaccination suspendue au CSB2 d’Analamahitsy

Les enquêtes pour déterminer l’origine du décès d’un nourrisson, survenue après avoir été vacciné au sein du Centre de santé de base (CSB2) d’Analamahitsy, se poursuivent. Toute opération de vaccination de routine au sein de cet établissement sanitaire est suspendue jusqu’à nouvel ordre, en attendant les résultats de l’enquête.

Les soucis quant à l’existence de vaccins à risques dans les CSB sont-ils fondés? Un bébé de un mois et trois semaines est décédé dans la nuit de mardi à mercredi juste quelques heures après avoir reçu sa dose de vaccination de routine. Selon les dires de ses parents,  «c’est notre fille unique et elle se portait bien et  ne présentait aucun signe de malaise, même pas une simple fièvre, et ne souffre d’aucune maladie avant d’être amenée à l’hôpital pour se faire vacciner dans la matinée de mardi».

Sa mère de  poursuivre que, «une fois revenue chez nous, ma fille s’était endormie pendant quelques heures, une fois réveillée, elle a eu une forte fièvre. Pour abaisser sa température, je lui ai administré un médicament antipyrétique, suivant les consignes du médecin du CSB2».

«Le ministère de la Santé ainsi que les responsables de cet établissement hospitalier sont actuellement en pleine investigation pour identifier les causes de cette morbidité. Raison pour laquelle la vaccination au sein de ce centre de santé a été suspendue jusqu’à ce que les résultats de l’enquête soient connus», a avancé le directeur de cabinet du ministère de la Santé, le Pr. Willy Andriamarotia, lors d’une conversation téléphonique.

Le vaccin, non mortel

Consulté sur ce sujet, le directeur régional de Santé (DRS) d’Analamanga, le Dr. Manitra Rakotoarivony, a fait savoir que, «Les 12 autres nourrissons vaccinés mardi dernier au CSB2 d’Analamahitsy se portent tous bien jusqu’ici. Cela permet de conclure que la cause de cette mortalité n’a aucun lien avec les vaccins, qui sont conservés dans un réfrigérateur aux normes. Mais, pour élucider les réelles sources de cet incident, on devrait approfondir l’enquête».

Pour sa part, le président de l’Ordre national des  médecins (ONM), le Dr. Eric Randrianasolo, joint au téléphone, a ajouté que, «Les vaccins ne sont pas mortels. Même s’il existe des mortalités liées aux vaccins, c’est très rare et ne concerne qu’un cas sur 100.000.000.  Les vaccins dépassant leur date de péremption peuvent être à l’origine d’une quelconque maladie, qui ne devrait pas être mortelle».

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.