Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : la cage en verre De quoi faire caguer même les cagots

La nouveauté de la méthode à caser le Chef de l’Etat dans une cage de verre afin de renforcer les moyens pour assurer au mieux sa protection, renvoie naturellement à l’image de la «Papa’ mobile». Ce qui n’a pas manqué de prêter aux railleurs l’occasion de se livrer à des jeux de mots irrévérencieux, notamment d’accoler au prénom le qualificatif immobile… Mauvais calembour à fins politiciennes. S’il ne s’agit pas seulement de satisfaire un caprice puéril pour une nouveauté, s’il ne s’agit pas simplement d’une invention de courtisan dont le propos serait d’apporter sa part d’encens pour davantage embaumer l’ambiance dans une chapelle où tous rivalisent à flatter l’ego de la personne dont on pratique le culte, les critiques sont inappropriées. Dans tous les régimes de par le monde, les services chargés de la sécurité du Chef de l’Etat n’économisent ni d’imagination ni de crédit pour assurer au max la protection physique du big boss.

Le recours à cette innovation parle de la conscience que l’on cultive en haut lieu concernant le climat d’insécurité, dommage que cette initiative spectaculaire témoigne d’une préoccupation simplement particulière en rapport à l’obligation d’adopter des mesures drastiques destinées à relever le niveau général de sécurité.

La cage en verre symbolise du reste toute la posture derrière laquelle se mure le Chef de l’Etat. Dans son discours n’a-t-il pas rappelé qu’il s’est acquitté de ses obligations dans leur globalité ? Façon de signifier : chercher ailleurs les responsabilités pour les résultats dont on se plaint. Style peut-être de reconnaitre indirectement le bien-fondé des récriminations et d’établir un coupe-circuit pour s’épargner une électrocution en menace du court-circuit. Serait-ce une manière d’envoyer le gouvernement au premier rang pour servir de bouclier ? Le Premier ministre semble avoir percuté cinq sur cinq le message, et en continuité n’a pas tardé à le répercuter en annonçant une purge en cascade dans la hiérarchie des responsables, tentative habile de rectifier le tir et d’éviter de la sorte qu’il ne se trouve au centre de la cible.

Le schéma se perpétue : l’appétit pour occuper des postes de responsabilité se manifestant par d’âpres bousculades, ne trouve salut et correspondance que dans l’exercice d’un savoir transférer

à d’autres la charge d’être comptables des résultats.

Léo Raz

 

Les commentaires sont fermées.