Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Boxe Olympique : le MJS se sent trahi

Boxe Olympique  : le MJS se sent trahi

Le retour de la boxe olympique malgache sur la scène continentale, après presque 10 ans d’absence, est terni par une affaire de détournement d’argent avéré commis par l’un des hommes forts de la fédération. Le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) mène de ce fait une enquête afin d’élucider l’affaire.

Des comptes à rendre, la délégation malgache en aura à son retour du championnat d’Afrique au Congo-Brazzavile. En fait, d’après la déclaration d’un expatrié malgache résidant au Congo-Brazzavile, les conditions de vie des boxeurs malgaches laissent à désirer. Alors qu’avant le départ de la délégation, le ministère de tutelle a octroyé une subvention conséquente au chef de délégation et également vice-président de la fédération, Gégé Bosco Andriamanampisoa.

«85 milllions d’ariary ! C’est la somme que le MJS a allouée à la boxe en vue de cette campagne africaine. De la préparation des boxeurs à leur séjour en terre congolaise, le ministère a tout pris en charge. En effet, pour ce voyage, une enveloppe de 7000 dollars a été octroyée au chef de la délégation et un argent de poche d’une somme de 1 million d’ariary pour les compétiteurs», a bien précisé le ministre hier à Ambohijatovo.

Réactions

Sans attendre, le ministre de la Jeunesse et des sports, Jean Anicet Andriamosarisoa, en compagnie du président de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Hery Mamy Rabarisoa, est monté au créneau pour relater la vérité.

«Ainsi, il est inconcevable que les boxeurs se plaignent du manque d’argent durant leur séjour, comme l’a déclaré notre compatriote qui vit au Congo», a-t-il souligné. Face à cette supputation qui «ternit» l’image du pays en général et de la boxe malgache en particulier, le MJS va mener ses propres investigations afin de démasquer la personne, source de ce problème. Le président de la FMBO de son côté déclare que «Si le fautif s’avère être un des membres de la fédération, il mettra fin à leur collaboration».

Engagement effectif

Bloquée à l’aéroport de Brazzaville, la délégation malgache a vécu un moment commun avec d’autres délégations des pays participant à cette joute continentale. Prises au dépourvu par la décision du pays hôte de faire payer les taxes du visa d’entrée, elles ont dû attendre l’intervention du président de la boxe locale pour qu’elles puissent récupérer leurs passeports.

Deuxième couac, l’interdiction pour les Malgaches de monter sur le ring, faute de paiement des cotisations auprès de la Confédération africaine de boxe comme le stipule le règlement. «En début de saison, chaque fédération sportive devra dresser la ligne budgétaire dont elle a besoin, pour que le MJS puisse répondre à temps à sa demande. Et pour la boxe, aucune mention de paiement de cotisation n’a pas été faite dans sa demande», s’est défendu le ministre.

Malgré tout, son ministère a pris les choses en main en s’engageant à honorer ces arriérés auprès de l’instance africaine de la boxe africaine afin que les boxeurs malgaches puissent monter sur le ring. C’est chose faite, ils ont tous combattu avec des fortunes diverses. Les uns ont été battus d’entrée tandis que les autres ont réussi à figurer dans le dernier carré, synonyme de qualification pour les mondiaux.

Naisa

 

Les commentaires sont fermées.