Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : les vins d’honneur d’Antsirabe et de Tananarive (2)

(Suite et fin.)

Vous serez regretté ici, comme partout où vous êtes passé, mais le moment n’est pas de nous attendrir ; pour être forts, ne regardons pas en arrière ; nous nous laisserions trop facilement aller à des sentimentalités, et nous ne le devons pas. Quelque chose de plus grand doit nous guider.

Quoique bien éloignés, nous n’oublions pas que le barbare souille notre grande France et qu’il faut des hommes pour le combattre et le chasser.

Il faut des hommes actifs et énergiques…, des hommes de guerre…, vous êtes de ceux-là.

Vous avez demandé avec insistance et obtenu enfin d’entrer dans la grande lutte.

Allez-y, M. le colonel Garbit.

Allez conduire nos soldats à l’honneur.

Marchez sur les traces de vos illustres prédécesseurs à Madagascar : des Galliéni, des Joffre, et d’autres ; nous serons fiers de vous, comme nous le sommes d’eux…, et si quelquefois, entre deux rafales de vos batteries, vous songez à Madagascar, ayez la consolation de penser que vous n’y avez laissé que des amis.

Une dernière fois, avant de vous quitter, buvons à votre santé, mon colonel…, à la grandeur de la France et de ses alliés…, à la victoire.

« La Loire »

Jeudi soir, le vapeur La Loire a quitté la rade de Tamatave. Un contingent de 1 800 tirailleurs malgaches avait pris place à son bord. Parmi les officiers et sous-officiers qui les accompagnent se trouvaient le lieutenant Arzal, le sous-lieutenant Bérard, le sergent-major Brandi, le caporal Beaublanc, etc. Se sont également embarqués René Isambert, Fontaine, Sauvage, etc., ainsi que divers permissionnaires dont le congé était expiré, parmi lesquels l’aviateur Jean Martin.

À tous, nous souhaitons un heureux voyage, beaucoup de succès et un prompt retour.

Il ne reste donc plus dans la Colonie, à part la classe 1918, que des soldats récupérés parmi ceux ayant contracté des infirmités en France, ont été renvoyés soit dans leurs foyers, soit dans la colonie, inaptes à faire campagne en France.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.