Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Air Madagascar : de nouveaux emprunts pour éponger les dettes de la compagnie

Air Madagascar  : de nouveaux emprunts pour éponger les dettes de la compagnie

Les dépenses de l’Etat pour l’année 2017 sont en hausse de 598 milliards, comme il est indiqué dans la Loi de finances rectificative (LFR) 2017, adoptée à l’unanimité, hier, à l’Assemblée nationale. Cette hausse s’explique essentiellement par l’augmentation des subventions allouées à la Jirama et les dettes de la compagnie Air Madagascar.

Les difficultés traversées par la Jirama et Air Madagascar pèsent toujours lourd sur le budget de l’Etat. La subvention allouée à la compagnie d’eau et d’électricité a augmenté de 200 milliards d’ariary dans la LFR. Alors que la loi de Finances initiale (LFI) a prévu une subvention de 250 milliards d’ariary pour la société, mais celle-ci est à 450 milliards d’ariary dans la LFR.

303 milliards d’ariary de dettes

Mais pour le cas particulier d’Air Madagascar, les dettes de cette compagnie aérienne nationale s’élèvent à 303 milliards d’ariary actuellement, d’après le ministre des Finances et du budget. Celui-ci a avancé que l’Etat recourra à… d’autres emprunts pour apurer les passifs de la compagnie.

D’après les explications apportées par Gervais Rakotoarimanana, «Un emprunt interne de 50 milliards d’ariary auprès d’une banque à Madagascar, suivi d’un emprunt externe de 130 milliards d’ariary, sera contracté. Ajouté à cela, l’Etat négociera des bons de Trésor pour les créanciers d’Air Madagascar, allant jusqu’à 33 milliards d’ariary. Une opération d’ordre de 100 milliards d’ariary sera également effectuée». En somme, déshabiller Pierre pour habiller Paul…

4 milliards d’ariary de subventions

A part la situation de la Jirama et Air Madagascar, la hausse des subventions dans le secteur du transport et du budget allouées au Comité local de développement (CLD), ainsi que les fonds destinés au Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) expliquent également la hausse des dépenses de l’Etat, prévues dans la LFR. En effet, une subvention de 4 milliards d’ariary a été transférée dans le secteur du transport pour garder le tarif des transports actuel face à la hausse régulière du prix à la pompe depuis le début de l’année. Par ailleurs, le budget du CLD est passé à 300 milliards d’ariary au niveau des districts où l’on compte deux députés. Et enfin, un fonds de 6 milliards d’ariary a été alloué au BNGRC pour la gestion des dégâts cycloniques après le passage d’Enawo en mars dernier.

Force est de constater que les problèmes de la Jirama et Air Madagascar sont loin d’être résolus en dépit des mesures prises par l’Etat. Le redressement de ces deux sociétés d’Etat fait cependant partie des conditionnalités requises par les bailleurs de fonds pour le décaissement des aides, notamment la deuxième tranche de la Facilité élargie de crédit (Fec), signée avec le Fonds monétaire international (FMI) en juillet 2016 et prévu pour ce mois.

Notons par ailleurs que les prévisions des recettes fiscales sont revues à la hausse de plus de 155 milliards d’ariary dans la LFR pour combler ces dépenses.

Haja R.

Les commentaires sont fermées.