Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : Au T. C. E. (4)

(Suite.)

Jusque dans ces derniers temps (1904), l’on n’avait envisagé la traction électrique comme possible qu’avec des moteurs séries et du courant continu. Les difficultés d’isolement interdisant l’emploi de voltages élevés et, dès lors, l’équipement de la ligne et la création de sous-stations rapprochées rendaient ces installations onéreuses.

Toutefois, même dans ces conditions, cette solution n’est pas à repousser. Il résulte, en effet, d’une étude de l’équipement de la ligne que j’ai faite avec M. Thury de Genève (c’est toujours M. Bergès qui parle), qu’en employant une seule station génératrice à Farahantsana, et des sous-stations recevant la puissance par du courant continu à intensité constante (système Thury), et en admettant un voltage de 1 600 volts du trolley au rail, le coût total de l’équipement de la ligne entière serait inférieur à 6 millions. De sorte qu’en comptant une annuité de 240 000 fr. pour l’amortissement et l’intérêt de cette somme, il reste encore 300 000 francs pour payer les kilowatts ; comme on les aurait à bien moins, on y trouverait économie.

Mais depuis, des progrès ont été réalisés qui permettent d’employer plus de 1 600 volts du trolley au rail et, partant, d’économiser sur les 6 millions de francs prévus dans cette première étude ; ce qui rendrait plus avantageuse encore la traction électrique.

L’économie, résultant de l’emploi de l’électricité, n’est pas exclusivement limitée à l’économie du combustible. Elle permet une économie sensible de personnel, pour deux raisons.

D’abord, on peut faire des locomotives de 500 chevaux et avoir des trains plus lourds, donc moins nombreux, ce qui est une économie nette. Ensuite, sans que le matériel en souffre en rien, on peut le confier à du personnel moins intelligent et qu’on peut moins payer.

Enfin, l’entretien des locomotives est fort coûteux et toute négligence sur ce point a des conséquences importantes de supplément d’emploi de charbon, et, sans vouloir donner aucune estimation chiffrée, il est hors de doute qu’à ce point de vue spécial, une économie est certaine en faveur des machines électriques.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.